• (jouée par Plume de Choucas)

    Prénom : Tania

     

    Nom : Uller

     

    Age : 29 ans

     

    Sexe : Femme

     

    Apparence physique : Tanian a la peau mate de Dorne et de longs cheveux sombres ondulés. Elle a un nez aquilin qui, de l'avis de ses proches, ne gâche en rien son élégance naturelle. Tout chez elle est finesse, délicatesse, et les vêtements qu'elle porte généralement sont là pour le mettre en valeur.

     

    Caractère : Tania est curieuse et ouverte, mais aussi assez naïve et totalement inconsciente de la plupart des dangers de Westeros. Elle est la gentillesse même et ne cherchera jamais à se montrer désagréable, mais il peut lui arriver d'être maladroite dans sa façon d'aborder les choses.

    Elle est très positive, et il en faudrait beaucoup pour attaquer sa bonne humeur, mais elle manque d'estime de soi pour être parfaitement sûre d'elle. Dans sa quête d'émancipation, elle est prête à donner beaucoup, mais ses habitudes et son éducation lui collent toujours à la peau.

     

    Profession : Actuellement, dame de compagnie à Lancehélion et aide aux soins des reptiles de Kender Dayne

     

    Histoire (et famille si il y a) : Tania est la cadette d'une large fratrie, avec deux frères et une soeur. Son père, Lord Uller, bien que désormais très âgé, règne toujours sur les terres de la famille.

    Depuis toute jeune, elle a été très protégée, comme dans un cocon, pour apprendre à devenir une bonne et gentille fille de la noblesse. Elle a apprit à danser, à broder, et surtout à se rendre agréable et pas trop encombrante. Et bien entendu, toujours très préservée de la noirceur du "monde extérieur".

    A ses seize ans, on a voulu la marier pour une alliance familiale à un jeune homme qu'elle n'avait jamais vu. Malheureusement (ou heureusement, selon le point de vue), ce dernier fut emporté par une maladie fulgurante peu de temps après les noces. En tant que veuve d'un mari qu'elle connaissait à peine, elle n'eut pas en nécessité besoin de se remarier, et retourna à sa famille (elle reprit son nom, peut-être un choix de son père pour laver le déshonneur de ce mariage avorté).

    En bref, elle passa encore de longues années dans la tranquillité du petit château de son père.

    Enfin, à 25 ans sonnés, elle reçut l'offre de partir pour Lancehélion en dame de compagnie pour accompagner Lady Arianne, une autre femme de la région dont l'âge était assez proche du sien.

    C'était la première fois qu'elle voyageait aussi loin, et elle apprit de son nouvel entourage foule de choses qu'elle ignorait sur le monde. A présent loin de sa famille et de ses obligations, il était temps pour elle de se prendre en main.

    Très récemment, à Lancehélion, elle croisa un homme charmant du nom de Kender Dayne. En tout cas, elle le trouva charmant. Vivant. Tout, ici, était de toute façon beaucoup plus vivant que ce qu'elle connaissait chez elle, et elle était constamment charmée. Et influençable.

    Elle le côtoya de loin pendant quelques temps, et comme elle n'était pas une femme très affairée mais très volontaire, il lui fut offert un poste "à responsabilités". Autrement dit : aider le chevalier à entretenir son élevage de reptiles en tout genre.

    Tania vit là une occasion de s'extirper du morne quotidien de damoiselle de cour, et sa curiosité pour les petits (ou non) animaux dépassait largement sa conscience du danger potentiel. Bref : elle accepta.

     

    Image :

    Tania Uller


    1 commentaire
  • (joué par Fidaè)

    Prénom : Kender

     

    Nom *1:Dayne

     

    Surnom*2  : //

     

    Age : 31ans

     

    Sexe : masculin

     

    Apparence physique :

     

    Kender est un homme qui répond plutôt bien à l’apparence du sud : Les cheveux noirs (qui frisouillent un peu pour son cas), les sourcils épais, les traits du visage plutôt secs, la barbe fournie, et la peau mate.

     

    Ses yeux sont fins (pas énormément ouverts quoi), ou alors il s’agit d’un effet dût à ses sourcils aussi gros que l’ouverture de ses paupières. Bref. Son iris est d’un vert pâle tirant sur le jaune sur les contours.

     

    Sur le côté de sa bouche, on peut également apercevoir une cicatrice, loin d’être discrète. Hum... Kender vous dira surement qu’elle est apparue à la suite d’un combat, pour faire le fier. Mais c’est pas trop ça. Il s’est bel et bien battu, mais avec un coq de la basse-cour aux Météores, sa maison natale. Il devait aller l’attraper à 15 ans pour le donner à la cuisinière. Bon, le coq a dut très vite comprendre ce qui allait lui arriver et s’est défendu. Voilà tout. L’entaille a tout de même été assez profonde pour rester toute la vie. Et puis, ces hommes du sud se mettent toujours au soleil ! comment voulez-vous faire disparaitre une cicatrice ? Il a bien trop honte pour dire la vérité. Enfaite...

     

    Caractère :

     

    ... Kender est.. un menteur. Mais en cas de nécessaire ! En cas de.. petit nécessaire. Bon, il arrange souvent sa vérité.

     

    Mais bizarrement, ce ne fait pas de lui un homme non digne de confiance. Oui, c’est paradoxal mais ce n’est jamais des gros mensonges et quand il dit qu’il va faire quelque chose, il le fait. Quand on lui demande quelque chose, il peut très bien le faire gratuitement. C’est même quelqu’un de généreux ! Mais son plus gros défaut est bel et bien sa lâcheté : il assume très difficilement une erreur et n’hésite pas longtemps à faire accuser quelqu’un d’autre. Ce n’est pas le genre de personne avec qui on va aller faire un coup bas car si on se fait prendre, il peut très bien sauver sa peau au péril de son coéquipier.

     

    Enfaite, il a trop de fierté pour assumer une erreur. Il est plein de confiance en lui malgré tout et n’hésite pas à s’imposer quelque part. Enfaite, il peut se montrer arrogant et désinvolte. Il ne prend pas grand chose au sérieux.

     

    De plus c’est un comédien, cela va de soit. Un plaisantin. Mais.. heu.. Qu’on se le dise. Il ne l’est pas vraiment avec les hommes. Ah ! la gente féminine ! Kender aime se faire plaire par ces mesdames, peu importent qui elles sont. Il peut se montrer très patient mais alors ! en plus ! s’il y a une certaine compétition qui s’installe avec un autre homme vous êtes sûr qu’il sera joueur. Et plus c’est grand, plus c’est beau. C’est un jeu. Quel homme ! un vrai sal**d enfaite !

     

    Non mais en soit, il n’est pas désagréable au quotidien. C’est un homme normal. Avec ces deux gros point négatifs à son caractère, certes, mais n’oublions pas qu’il est généreux avec n’importe qui, amusant et mauvais combattant. Un combattant lambda.

     

    Pour finir, comment ne pas parler de sa grande passion : Les reptiles ! Il adore les serpents, les varans, les iguanes , tout ça tout ça.

     

    Profession : chevalier de l’armée de Daron Martell.

     

    Histoire (et famille si il y a) :

     

    Kender est né dans la famille Dayne. Cadet d’un frère et une soeur. C’est d’ailleurs pour fêter la visite de sa soeur, mariée à un autre homme de dorne, qu’il avait voulu attraper ce maudis coq ! Il a été charrié pendant longtemps par son frère. A part ça, il a coulé des jours tranquilles.

     

    Depuis tout petit, il a toujours voulu devenir chevalier mais Kender a quelque fois un poil dans la main. Donc il l’est devenu, mais n’est pas un combattant hors-pair. Il a rejoint très tôt lancélion (car il n’éprouvait pas de sympathie particulière envers sa famille, donc rien ne le retenait). Il passe son temps à présent à entrainer un ami à se battre (juste histoire qu’il sache se défendre), à trainer avec lui dans les écuries, à chouchouter ses bêtes adorées (qu’il stock dans ses appartements)

     

    Image(s) (facultatif) :

     

     

    Rien est vraiment important. Tout est relatif.

     

     

     

    Aller, pour le plaisir, voilà des images de ses favoris (qui peuvent donc être présent dans l’histoire) :

     

     

     

     

     

    un joli et redoutable Memba noir. Un serpent des plus dangereux du monde, de part son venin extrêmement mortel et rapide, de part sa rapidité en lui même. Le memba noir est le serpent le plus rapide du monde (20km/h)

     

     

     

     

    Une gentille Elaphe Schrenckii. Qui n’est autre qu’une sorte de couleuvre (inoffensive donc). Curieuse et maniable.

     

    Mais qu’il ne faut pas confondre avec son :

     

     

     

     

     

    Un Boiga Dendrophila, qui cette fois est venimeux...

     

     

     

    Et puis, il n’a pas que des serpents, mais aussi des Varans (miniature car c’est très vite encombrant ces animaux là.) Ceux qu’il préfère sont les Varanus Prasinus :

     

     

     

     

    Son plus jeune.


    1 commentaire
  •  (joué par Fidaè)

    Prénom : Welon

     

    Age : 30 ans

     

    Sexe : masculin

     

    Apparence physique :

    Welon n’est pas un homme qui inspire la crainte à première vue. Il est de taille moyenne et est plutôt fin. Sa carrure n’est pas celle apparente des combattants, bien qu’il lui arrive de tenir tête face à son meilleur ami, un chevalier de Dorne. Disons simplement que ses muscles sont peut apparents sous ses tuniques contrairement à ceux des dorniens qui gonflent vite.

    Sa tête est plutôt fine, ses yeux ne sont pas grand ouverts, au contraire. On remarque difficilement ses iris bleues et ses petites pupilles. Il a donc le regard plutôt noir malgré sa couleur voulant être plus claire.
    Il a toujours une barbe naissante de deux à trois jours et son front et barré d’une cicatrice. Il en parle très peu mais ses proches savent qu’il s’agit d’une bagarre contre les rivaux principaux de son père. On y reviendra juste après.
    Pour finir, il a les cheveux longs et toujours nattés bien que quelques mèches restent trop courtes pour être attachées de cette manière. (et psiit ... Il a choppé les cheveux blancs par endroit.)

     

    Caractère :

    Il ne s’agit pas là d’un méchant bonhomme.

    De tempérament très calme, il est d’une patience surprenante et peut rester débattre plusieurs heures sans montrer une once d’irritation. Pourtant, ce n’est pas un homme de grande conversation. Il est discret sans être trop effacé et parle seulement lorsqu’on a besoin de lui. De ce fait, ses paroles restent pour la plupart du temps réfléchies.

    Se rattachant à son tempérament calme, voilà un homme sachant faire preuve d’une grande douceur dans ses gestes ou dans ses dires. Son sourire est souvent rassurant. En soit, il est loin d’avoir une face cachée ou un coté « psychopathe ». C’est juste un homme bon et serviable.

    Pourtant, il n’en va pas de sa franchise. Il courbe souvent l’échine, l’air de rien, et se contentera de se venger par derrière. Crasse pour crasse, il passe difficilement l’éponge et fait vite regretter un mauvais agissement, toujours avec sa petite marque de fabrique. « A trop pardonné, on se fait marcher dessus ». A la force du temps, il a acquit une certaine réputation et on dira souvent de lui que c’est un homme sympathique mais fourbe. Un homme perfide.

    Peut-être qu’il a sa face cachée enfaite...

    Pour finir, on ne peut parler de lui sans évoquer sa passion pour les eaux et les virées en mer. Homme libre et jamais rattaché à qui que ce soit, il œuvre seul pour faire fortune. Avec succès. On en déduit facilement une faculté de marchandage.

    De plus, c’est un homme modeste qui s’étale très peu sur sa richesse et sa réussite.

     

     

    Profession : riche marchand de Dorne, jouant ses cartes dans les exportations et les importations pour la famille Martell.

     

     

    Histoire (et famille si il y a) :

    Welon est née d’une famille des îles de Fer. Son père est constructeur aquéris de grands bateaux pour la flotte Graydjoy. Né le premier, il était destiné à reprendre les travaux de son père et d’écraser toute concurrence, passant alors au nom de premier constructeur de bateaux rapide. Car oui, ils ne s’attardent pas sur les bateaux de croisière ou de marchandises (bien qu’ils aient un petit effectif pour toucher le plus de monde possible).

    Pourtant, Welon n’a jamais vraiment désiré reprendre cet héritage. Il a toujours aimé la mer et rêvait d’aller conquérir les mers, comme tout bon né des Iles de Fer qui se respecte. De plus, il préférait toujours tester les bateaux de son père avant qu’ils ne rejoignent la flotte plutôt que d’aider à les construire.

    Un jour...Son petit frère vint. Agé de 6 ans de moins que lui, ce fut un soulagement de le voir apparaitre. Enfin ! Il allait pouvoir aller tenter sa chance ailleurs et revenir si le monde ne lui laissait pas sa chance (enfin ça, il se l’est dit une fois passé la quinzaine d’année). Son frère n’a jamais rechigné à l’idée de reprendre la fortune de son père et a œuvré avec Welon pour convaincre le maitre de la famille de laisser le grand partir. Ils étaient alors âgés de 17 et 11 ans. Un décision bien hâtive pour le cadet mais l’idée de servir son grand frère chéri était bien plus important que son avenir.

    Aussi surprenant que cela puisse paraitre, il n’y a jamais eu aucune rivalité entre les deux frère. Welon a toujours été heureux de s’occuper de Werge et le défendre. Il a toujours prit son rôle très au sérieux.

    Encore aujourd’hui, malgré la distance, ils restent liés par le sang et l’esprit. Jamais l’un sans l’autre. Ils se serrent les coudes quoi qu’il arrive.

    Je fais une rapide description de la bataille. Welon était âgé de 16ans et demi. Un jour où il se réveillait tranquillement, il aperçoit son père en mauvaise posture, entouré d'homme qui le menaçait. Ce n'était pas difficile de les reconnaitre : les rivaux principaux du marché de bateau. Ni une, ni deux, il réveille son cadet et le presse pour l'envoyer chercher des secours chez les artisans déjà au travail. Lui est sortie et a tenté de calmé le jeu. Pf… petit naïf. Les hommes armés n'ont pas chercher bien loin pour les menacer et en sont venu au main. Une violente bagarre s'en est suivit avant que les artisans ne viennent à la rescousse et frapper quelques un d'un bon coup de marteau. Depuis, ils n'ont plus été embêté. "Allez quoi, c'est une bataille à la loyale. Faites donc honneur à votre marchandises et ne devenez pas des vilains pour ça".   

     

    Parlons à présent de sa ruée vers le présent :

    A l’âge de 17 ans donc, Welon embarque à bord de la Sang-des-glaces et parcourt les mers autour de Westeros jusqu’à ses 20ans. De là, il commence son petit commerce, qui fleuris de jour en jour. Il se forge sa réputation dans le milieu d’un p’tit jeune honnête aux prix tout à fait abordable et réjouissant même.

    De 20 à 23 ans environ, il fait fleurir son marché et se voit obligé d’engager certains hommes pour maintenir le rythme imposé.

    C’est à 23 ans qu’il décide de retourner à Dorne, une région qui lui avait beaucoup plut lors de certaines escales. Il s’impose alors en force au milieu de tous les marchands.

    C’est à 25 ans qu’il est désigné marchand officiel de la famille régente.

    Bien sûr, il a fait des connaissances et il n'est pas rare de le voir aider par-ci par-là en journée. Tantôt aux écuries, tantôt avec son ami chevalier (qui lui a apprit quelques bases du combats de Dorne et avec qui il s'amuse à s'entrainer). Ou autres occupations. Mais chaque soir, il aime prendre quelques heures de son sommeil pour se faire une petite virée en mer, sur un bateau pas très grand et peu lourd. Il peut en profiter pour apprendre les bases de la navigation à un petit jeune du coin etc.  

     

     

    Image(s) (facultatif) :

    (dites vous qu'il était blanc comme neige avant sa vie à Dorne. Ca lui réussi mieux ce petit bronzage, même s'il n'a pas les gène d'un matte couleur argent. C'est tout ce que sa peau a put faire )


    3 commentaires
  • La guilde des alchimistes est un endroit assez secret et peu fréquenté, exception faite des alchimistes qui préparent ici la substance : le feu grégeois. C'est surtout le secret de cette fabrication, dite magique, qui fait leur renommée.

    https://vignette.wikia.nocookie.net/game-of-thrones-le-trone-de-fer/images/e/e2/Guildedesalchimistes.png/revision/latest?cb=20170824143919&path-prefix=fr


    votre commentaire
  • (jouée par Fidaè)

    Prénom : Freïles. Bon, ce n’est pas grand chose mais son prénom est souvent déformé avec le temps et la rapidité de la langue. Au début, on peut faire attention de bien prononcer le « e », puis le « i » et enfin le « lès » mais souvent, son nom se transforme phonétiquement et le « i » et le « l » se rejoignent pour former un sorte de « Freilles » Elle ne s’en offusque plus vraiment. D’apparence.

     

    Nom *1: //

     

    Surnom*2  : //

     

    Age : 25 ans

     

    Sexe : féminin

     

    Apparence physique :

     

    Freïles (on peut l’écrire Freiles, qui fait un mixte entre le phonétique courant et l’écriture) est une jeune femme plutôt grande, fine et élancée. Son visage est petit est enfantin avec sa large bouche, illuminant son sourire, et ses yeux bien ouverts laissant voir sans se voiler ses pupilles d’un brun foncé (sans grande particularité). Ses sourcils sont fins et secs, la rendant expressive.

     

    Quant à ses cheveux, ils sont d’un blond terne et foncé. Leur épaisseur rebelle donne l’impression de dreads et ne sont pas des plus faciles à ordonner bien qu’ils offrent une large possibilité de coiffure pour jeune et adultes voulant s’amuser avec.

     

    Somme toute, Freïles respire le charme de la personne enthousiaste, frivole et aventurière.

     

     

     

     

    Caractère :

     

    Essayons de confondre le négatif au positif, afin de mitiger un maximum les impression :

     

    Son pire trait de caractère est sans nul doute son côté fêtarde, joueuse et tricheuse (mais attention, tout en restant dans les règles de l’art). Elle aime les soirées aux jeux de cartes et aux défis lancés. Qu’elle perde ou gagne, elle est toujours bonne joueuse et se plie à ses défis sans rechigner. Qu’ils soient puérils, dangereux, ou autre. « Pourquoi jouer si on se défile après ». Elle tient un certain honneur qu’elle ne souhaite pas bafouiller, dans les tavernes etc. Elle aime rire et faire rire alors se donner en spectacle et jouer d’elle n’est pas un problème, du moment que c’est spontané. C’est une comique. Vous vous rappelez de son visage angélique et ses sourcils fins et expressifs ? Ce n’est donc pas une surprise si je vous dis qu’elle est une adepte des jeux d’acteurs et des tours de passe passe. Elle pourrait rentrer, parfois, dans la catégorie des escrocs.

     

    Voyons ce problème (fêtarde) d’un aspect plus positif : cela la rend chaleureuse et bavarde. Elle n’est pas spécialement détestée et les anticonformistes l’identifierons très rapidement comme telle avec son arrogance (au service de son observation elle-même dépendante de son intelligence), de sa franchise, et de son côté artiste. Nous pouvons à nouveau rebondir là-dessus et en déduire qu’elle est indépendante du monde qui l’entour. Elle se lie très peu, tenant à sa liberté. Ce qui la rend désintéressée et volage. Sa fidélité avec les hommes est déplorable. Ce qu’elle aime c’est séduire et jouer, pas garder et aimer.

     

    Energique et habile, que pouvait-elle donc faire de ses mains si ce n’est en profiter ? Cette habilité va tout de même être utilisée à bon escient dans son métier. Elle lui permit même d’y rentrer sans trop de difficulté. On pourrait même pousser le bouchon un peu plus loin en disant qu’elle est méticuleuse malgré son côté fortement désordonnée (en apparence voyons ! « c’est un bordel organisé » vous connaissez non ?)

     

    Mais pas que, il en est surtout de son intelligence surprenante. Cela se voit dans son regard pétillant et croquant la vie à pleine dent. Elle est briante et surprenante. Cette impression est renforcé par son côté énigmatique. Freïles aime poser ses énigmes, ses sous-entendu et laisser planer le doute partout. Ah, on va pas se mentir, c’est ce qui la rend intéressante ! (et hop, comment faire passer le négatif du côté positif).

     

    Pour finir, je reviens sur son côté actrice en vous annonçant qu’elle sait garder plusieurs visages pour les différentes occasions ou personnes. En tout exemple, elle n’est pas la même personne au travail (sévère et perfectionniste) qu’en soirée (frivole et leste). Normal allez-vous me dire. Hé bien oui, mais ces visages totalement différents la font jouer sur plusieurs scène et la rend un peu « caméléon ». C’est mieux pour remplir ses défis. Mais de ce fait, on ne sait jamais si c’est du lard ou du cochon.

     

    Avec tout cela, il ne faut pas oublier que c’est quelqu’un de réaliste. Point.

     

     

     

    Profession : Elle est membre de la guilde des Alchimistes.

     

    Histoire (et famille si il y a) :

     

    Franchement, là dessus, il n’y a rien de très intéressant. Elle est issue d’une famille plutôt pauvre. Sa mère était couturière et son père... Un homme du coin. Freïles ne l’a jamais mal prit. A quoi bon après tout ? Elle est née ainsi et préfère s’en venter « qui sait, ma mère était peut-être une catin à mi-temps et mon père est en réalité un noble honorable. » Est-il vraiment honorable de courir aux bordels ? Ce à quoi elle répondra par un haussement d’épaule « si ce n’est pas ces endroits qui s’en mettent plein les poches, c’est la servante qui aurait prit. Où se trouve donc la différence ? En soit ? Hé bien, je ne serais pas née. »

     

    Passons.

     

    Elle n’a jamais vécu d’évènement traumatisants. Ou alors pas pour elle, la désintéressée de la rue. Et c’est parfois à croire qu’elle n’a pas une grande considération d’elle même. Ce a quoi je ne saurais vous répondre.

     

    Tout au long de son enfance, elle a apprit à coudre, à voler (bah quoi ? Dans les ruelles, un fruit par ci, par là ne fais pas de mal) etc.

     

    A l’âge de 18ans, sa mère est morte de maladie en plein hiver, laissant seule Freïles dans leur petite maison.

     

    Toute petite déjà, la jeune fille était attirée par le feu et s’est passionnée pour les flammes destructrices de dragons ou alors le surprenant feu grégeois. Le feu du dragon étant pour le moment inaccessible, elle s’est rabattue sans rechigner sur le feu grégeois. A l’âge de la majorité, elle se fit acceptée par la guilde et se réjouis de pouvoir atteindre la connaissance de la fabrication de ce feu si destructeur et, deux ans plus tard, pouvoir le fabriquer accompagnée et deux ans plus tard encore, de pouvoir le faire seule. Son côté habile et méticuleuse l’a très vite fait appréciée par ses collègues, qui s’étonnent toujours de sa substance ayant toujours la couleur et l’alchimie parfaite.

     

    La voilà à présent. Elle espère toujours, un jour, pouvoir étudier les caractéristiques du feu du Dragon. Qui le rend si destructeur. Qu’est ce que la flamme a en plus des autres pour détruire une pierre ? Ou est-ce simplement car le dragon le crache en continue et avec la force du souffle ?

     

     

     

    Soit nous n’avons qu’une vie et il est alors interdit de la gâcher, soit nous avons plusieurs chances et tu as le devoir d'en profiter, surtout si c’est la première. C’est quitte ou double, et en même temps, ça revient au même.

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique