• Campagnes du Nord

    Irlande.


  • Commentaires

    1
    Dimanche 9 Décembre 2018 à 18:47
    Campagnes non capagnes
    2
    Mercredi 12 Décembre 2018 à 19:27

    (merci Plume Plume !) 

    3
    Samedi 9 Mars à 16:14

    (aller Fidaè, on reprend notre jolie Swen :D) 

    4
    Samedi 9 Mars à 17:07

    Des jours, et des jours de marches. Que faire ? Ses hommes voulaient trainer des pieds sans le pouvoir. Son cheval marchait calmement. Elle remarqua seulement chez lui une bonne endurance, un bon cœur. Pourquoi pas, ce n'est pas plus mal. Swen Bolton et ses 4000 hommes d'armée (car dans les précédents RP, je me suis rendue compte de mon erreur : 2000 cavaliers et 4000 fantassins)  marchaient maintenant depuis plusieurs jours pour rejoindre Karold. C'était sa première destination. Une famille vassale dont l'armée devait lui revenir, peu importait le moyen. Elle espérait pouvoir faire couler le sang et éteindre cette famille rapidement. 

    Justement, leurs murs se dressaient enfin au loin. Swen s'arrêta afin de faire halte avant de sortir de la forêt. Si les Karstark n'apprenaient pas cette grande venue, ce n'était pas plus mal. 

    - Vous restez ici. Je veux qu'on touche au moins à leur armée, car leurs hommes deviendront vos frères. Je ferais en sorte pour que le sang ne soit pas coulé, mais s'il se doit… Défendez vous. 

    Sur ce, elle se retourna pour se montrer et rejoindre l'entrée. Ses hommes les plus important la suivirent. Ils se dirigèrent vers la porte et des hommes les arrêtèrent, posté en haut du rempart de bois. La porte n'était d'ailleurs pas bien solide. Qui voudrait attaquer cette famille insignifiante de toute manière ? Et pourtant, l'homme se montra plutôt hostile. 

    - Qui êtes vous ? 

    - Swen Bolton. 

    - Que voulez vous ? 

    - Voir les Karstark. 

    L'homme parut vexé et impatienté. C'est à dire que Swen se moquait ouvertement de lui. Le sourire narquois qui se dessinait sur son visage le montrait bien. 

    - Pourquoi ? 

    - Allons, sauvageons, croyez vous que je veux du mal à votre famille? Je sais que les Boltons ont mauvaise réputation mais tout de même, je ne suis pas assez bête pour me montrer personnellement si je le voulais. Ouvre donc, vous m'importunez. 

    L'homme parut réfléchir avant d'ouvrir. Au même moment où une voix s'élevait à l'intérieur 

    - Tout est prévu, ouvre donc abruti ! 

    Swen rentra alors, et disparu à l'intérieur. Là, elle eut un nouveau visage. Heureux, avenant. Tendis que l'homme qui venait à elle se trouvait chaleureux.

    - Bonjour, jeune femme. J'ai reçu un corbeau annonçant votre visite. En quel honneur ? 

    - J'ai quelques mots à vous passer, répondit-elle d'une voix froide, mais pouvons-nous faire cela au chaud ? La route à été ennuyante jusque vous. 

    - Bien sûr. Venez donc. 

    Il attendit qu'elle mette pied à terre et se trouva surpris lorsque c'est un de ses hommes qui reprit le cheval, en refusant de le laisser se rendre dans les écuries. 

    - Donnez lui du foin, et désseller le. 

    Seules ses instructions pour le bien être de l'équidé. Mais Swen ne comptait pas rester, et cela le montrait. Mais d'un autre coté, il était déssellé, montrant qu'elle n'allait pas partir maintenant. Cette incompréhension était voulue, elle voulait provoquer le trouble dans la famille, pour mieux les manipuler après 

    (zut, plus le temps…) 

    5
    Dimanche 10 Mars à 10:43

    (Tu t'es trompée au début : Karold au lieu de Karstark.

    Comment ça "c'est tout ce que je trouve à dire" ? Bah... si je faisais tout le temps des compliments, ça serait lassant non ?)

      • Dimanche 10 Mars à 12:21

        (nan c'est bien a dire ^^" 

        Les compliments sont jamais lassant :D)

    6
    Jeudi 6 Juin à 15:37

    L'homme la conduit à l'intérieur et traversa un couloir. Les pas de la jeune femme ne raisonnèrent plus derrière lui. Il se retourna, confus, et dût revenir sur ses pas. Le couloir était sombre et s'arrêta au fond de la pièce pour observer, les sourcils froncés, la silhouette sombre de la Bolton. Elle ne bougeait plus. Son regard s'était fixé sur l'homme, la tête à peine baissée. Elle n'avait plus l'air avenante ou heureuse de le voir. 

    Bien qu'il trouvait ce nouveau comportement plutôt étrange, il s'approcha. 

    - Madame ? 

    - N'avez vous pas d'autre couloir plus ouverts ? 

    Il mit un certain temps pour répondre. 

    - Nous pouvons passer par l'extérieur. 

    - Parfait. Et vous ouvrerez toutes les fenêtres 

    Il hocha la tête sans comprendre mais passa l'éponge et s'exécuta. Ils contournèrent le donjon et rentrèrent par une porte de bois renforcée. 

    - Ouvrez les fenetres. 

    Swen put enfin rentrer. Elle retrouva son sourire satisfait et le rejoignit au centre de la pièce. 

    - Asseyez vous, je vous pris. Nous vous apporterons à boire. 

    Après quelques formules de politesses et des paroles sans grand intérêt sur la pluie et le beau temps, que Swen cherchait à prolonger, ils en vinrent à la raison de sa venue. 

    - Ceci doit être important pour vous faire déplacer en personne. 

    - En effet. (Un nouveau moment de silence s'écoula.) Mon père veut me marier à votre fils. 

    Le regard de l'homme s'illumina. Les Boltons étaient une famille plus influente que la sienne, plus riche. C'était là une occasion à ne pas manquer. Cependant, la méfiance ne s'éteint pas pour autant. Il la dévisagea. 

    - Voilà une bien bonne nouvelle mais quelle serait ses motivations ? Et pourquoi n'est-il pas venu avec vous. 

    - Parce qu'il est mort. 

    Son ton avait été d'une froideur affolante. Pas une once de désolation. 

    - Allons ne faites pas cette tête là. La vie est faite ainsi. Je n'ai jamais rien fait pour lui, je ne l'ai jamais rendu fière. La conscience et la honte m'accable. J'aimerai pouvoir répondre à au moins une de ses attentes. 

    Cette fois, il hocha la tête, malgré son air peu convaincu et le demanda. Un domestique s'en alla le chercher. 

    - Qu'est ce que cela vous apporterai ? Je doute que vous ne serviez que sa mémoire. 

    - Vous voyez juste. Mais je ne cherche qu'à unir nos deux famille. Ma richesse se trouve en deuxième position du nord, et vous en troisième. Loin de moi l'idée d'égaliser les Stark, ils sont bien trop puissant, mais nous souffrons bien plus qu'eux de ce froid permanant et mes terres se font de moins en moins fertiles. J'ai besoin de vous. 

    La raison paraissait le convenir bien plus que la première. Il croyait plus en cette version des faits. Et la franchise de la jeune femme lui suffit pour retrouver le sourire. 

    - Ce serait un honneur de marier mon fils à vous. 

    Ils échangèrent encore un instant avant que le futur, possible, époux ne fasse sont entrée. De quoi grignoter et boire fut servit dans un même mouvement. Le père Karstark rapporta la situation à sa descendance, qui paraissait prendre la nouvelle avec neutralité. C'était quelqu'un de très silencieux et obéissant. Il remettait très peu en cause les ordres de son père, et celui-ci n'était qu'un de plus.

    Swen lança un regard circulaire en s'attardant sur tous les domestiques grelotants présents et sur ses hommes, postés à l'entrée et près des murs. 

    - L'affaire est donc conclus ? 

    - Nous partons là-dessus. Assura les deux hommes en une même voix. 

    Elle sourit au jeune de son âge. Un sourire qui se voulait charmeur mais son air dangereux et menaçant peinait à la quitter. 

    - Vous ne mangez pas ? 

    - Il est indécent de refuser pourtant je vous assure que la faim creuse rarement mon estomac. (elle se leva calmement) Si cela ne vous dérange pas, j'aimerai pouvoir faire rentrer la partie des mes hommes m'ayant accompagnés ainsi que nourrir et abreuver leur chevaux. 

    - Bien sûr. Je vous en pris. Combien de temps comptez vous rester ? 

    Un sourire malsain s'étira, faussé et voulu sincère. 

    - autant de temps que vous m'accepterez et que les quelques vœux seront prononcer. Il me tarde de vous inviter à mon tour, messire. 

    Le jeune lui sourit et se leva à son tour. 

    - Laissez moi vous accompagner jusqu'à vos appartements. 

    Elle se détourna et rejoignit la porte à grandes enjambées et disparu. Elle tendit l'oreille et ses poumons se gonflèrent d'oxygène lorsqu'elle entendit les deux hommes tousser à la mort, le bruit de la chaise poussée par une lourde chute et le crane frappant le parquet froid. Trois hommes habillés en servant sortirent des cuisines et la rejoignirent. Elle leur sourit en les remerciant d'un regard. 

    Les gardes se ruèrent vers elle dans l'espoir de la rattraper en tirant leurs épées. Son groupe les stoppa et bataillèrent. 

    - Ramenez les hommes. 

    Ceux n'ayant aucun nouvel adversaires se mirent à courir pour sortir de la ville. 

    Dans le plus grand des calmes, elle rejoignit son cheval qu'on avait à nouveau seller. Elle l'enfourcha et se mit face au donjon. Après une courte attente où les hommes des Karstark l'observait, dans l'incompréhension de son inactivité, où ses hommes proches réapparurent en lui informant indirectement qu'ils avaient tués les gardes,  une servante sortie affolée et la pointa du doigts :

    - Elle a les a tués ! Elle les a tués ! Criait-elle. 

    Cette fois les hommes réagirent mais l'armée de la Bolton se ruait déjà à l'intérieur de manière à l'entourer et la protéger. 

    - Du calme bande de chien fou. Du calme. Laissez moi vous expliquer…. Il ne vous reste plus qu'à plier le genoux ou mourir. 

    Tout s'éclaircit dans la tête des hommes et la bataille fit rage. Mais que faire ? Swen était plus forte en nombre et se trouvait déjà dans le donjon. Une flèche fila droit vers elle, mais elle l'esquiva d'un penchant de buste et un de ses hommes trucida l'archer. La petite bataille ne dura pas bien longtemps et très vite, elle vit les vaincus d'avance jeter leurs armes. Pourquoi mourir pour des morts ? Sans chefs, ils n'avaient pas réussit à s'ordonner et mener à bien la défense. Les derniers hommes, accroché à leur honneur, moururent.

    - Vous avez fini votre petite sérénade ?  Dois-je en conclure que vous vous soumettez totalement à mes ordres, que vous ne les contesterez jamais ? Bien. 

    Après son discourt et ses quelques arrangement, elle mit à la tête du donjon un nouvel homme remplaçant les anciens commandant, et récupéra toute l'armée des Karstark. Puis, ils repartirent.  

    (désolé j'ai dut abréger la fin, faire un truc pas propre du tout mais je dois y aller vite…) 

    7
    Jeudi 6 Juin à 18:00

    ("la faim creuse rarement mon estomac" gnagnagna... Tsss...)

    8
    Jeudi 6 Juin à 22:42

    (quoi ? :) Qu'est ce qu'elle a cette phrase ?)

    9
    Samedi 8 Juin à 09:46

    (Rien en soi. Sauf quand on sait pourquoi elle est prononcée...)

    10
    Samedi 8 Juin à 13:09

    (ah oui totalement ^^ quand tu lis ça tu te dis "ok je vois le genre") 

    11
    Dimanche 16 Juin à 09:16

    (je viens de faire une découverte ! Al-Capon ! C'est le nom d'un gangster hyper méga surpuissant aux États-Unis. Trafic d'alcool principalement. Bon il est mort maintenant mais un truc de fou comme il était surpuissant. Et sanguinaire.) 

    12
    Dimanche 16 Juin à 10:14

    (Je ne connais pas trop le bonhomme, sinon de réputation... Il t'inspire ?)

    13
    Dimanche 16 Juin à 13:05

    ( non pas spécialement. C'est juste le nom du cheval de swen.) 

    14
    Dimanche 16 Juin à 13:18

    (La mafia, ça doit être tout un milieu... Une politique sous la politique... C'était voulu le nom de cheval, ou juste ça sonnait bien ?)

    15
    Dimanche 16 Juin à 13:23

    ( ça sonnait bien. Et c'est ce matin où je tombe sur Arte et ils parlaient de lui.) 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :