• Chambre de Iris

    Une chambre aménagée assez agréablement sans tomber dans l’excès. Logique pour une femme représentant le seigneur du Bief tout en étant de naissance roturière. Depuis qu'elle est arrivée, Iris a ajouté quelques touches dans les tons chaud avec des tentures et des coussins.


  • Commentaires

    1
    Lundi 8 Octobre à 06:21

    (on fera le lendemain ici avec les nanas ?)

    2
    Lundi 8 Octobre à 06:27

    (Ouaip, c'est possible. Depuis le temps que je te l'avais promise... ouch)

    3
    Lundi 22 Octobre à 07:09

    (j'ai oublié de la jouer. Je vais faire comme si c'était a l'aube que ça se passe pour ensuite la jouer au donjon dans le temps normal) 

    Les rougeurs matinales décoraient le ciel et ses nuages. Le sommeil avait déjà disparu depuis longtemps chez la mercenaire, qui observait le lointain horizon depuis sa couchette. Elle se leva enfin en entendant le premier mouvement au donjon. Tout était si nouveau, inconnu qu'elle en avait presque peur. C'était comme un autre monde par rapport au reste de la ville, tellement le changement était différent. Ici, leurs soucis -de ce qu'elle a put en voir- était de converser et gausser devant une buffet bien garnis. Tellement qu'il pourrait nourrir bien des souffrants dans les rues sans les affamer. de toute manière, c'est sans surprise. C'est bien ce qu'on raconte. et pourtant, être ici était impensable pour elle. C'était un stade supérieur, quelque chose comme magique. L'enfant en elle en était route toute excitée. 

    Discrètement, elle se leva, se vêtit de la robe prêté par Iris, s'arma de ses dagues en les cachants. Arial observa la dame couchée dans le lit en se demandant si elle pouvait sortir mais l'enfermement n'était pas son fort : elle avait besoin de sortir. Seulement, l'erreur était interdite. La femme rousse passa alors le tout en revue : robe correctement mise, cheveux coiffés (elle les brossa, c'était déjà le bous du monde) et maintien correct. Elle s'essaya même a une ou deux révérence mais c'était guère mieux que la veille. ca viendra avec le temps. se consola t-elle avant de sortir a pas de loup, tel était son fort pour les plusieurs séances d'espionnage déjà passées. 

    Enclanchant lentement la poignée, elle se faufila dans le couloir et referma doucement la porte. Libérée, elle prit le temps d'une inspiration avant de prendre plaisir a se sentir un peu plus libre de ses mouvements et se dire qu'une petite visite de l'extérieur du donjon ne lui ferait pas de mal. 

    4
    Lundi 22 Octobre à 10:38

    Iris dormait toujours. Couchée tard la veille, sans obligation dans la matinée... Elle savait que tout le donjon devait rester globalement englué dans le sommeil et en profitait. Elle ne se rendit donc pas compte de la sortie de sa "dame de compagnie".

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :