• Chapitre 10 : Les adieux

    Ellyn s'assit sur son lit, pas loin de Sansa.

    - Dis, tu dors ?

    - Non...

    - C'était pas vraiment ce qui était prévu, hein... tu sais où est ton chevalier au renard, pour l'instant ? Tu penses qu'il est déjà au courant ?

    - Aucune idée...

    - Tu as l'air effondrée... ou très fatiguée. Qu'est ce que tu as ?

    - Fatiguée...

    - Je vois ça... tu t'es couchée si tard que ça hier soir ?

    - Oui.

    - Qu'est ce que tu faisait donc à ne heure si tardive ?

    - Je me promenais.

    - Tu te promenais ?! Où ça ?

    - En ville.

    - Et c'était bien ? Qu'y as-tu fais ?

    - Juste une promenade, pour visiter.

    - Et c'était bien ? Très différent de Winterfell ?

    - Très différent, oui... beaucoup de couleurs... trop même.

    - Trop ? Comment pourrait-il y avoir "trop" de couleurs ? Ha, si il n'avait pas fini de façon si lugubre, ce tournoi aurait été l'évènement le plus amusant depuis que je suis née !

    - Pour moi également... Je vais sortir rendre visite à Ser Guillem.

    Sansa se leva pour mettre ses paroles à exécution.

    - Je peux venir avec toi ? Enfin... si je ne dérange pas, bien entendu.

    - Bien sûr !

    - Super ! Je viens alors !

    Sautant de son lit, elle emboîta le pas à Sansa.

    Peu temps après, elle était toutes les deux devant la tente noire et blanche du chevalier. Sansa se racla la gorge pour annoncer sa présence.

    Guillem sorti peu de temps après de la tente. Il ne portait plus son armure, mais une longue tunique aux couleurs de sa maison.

    - Lady Sansa ! Je suis vraiment désolé pour ce qui s'est passé tout à l'heure ! Vous n'êtes donc pas resté aux joutes jusqu'au bout ?

    - Pas vraiment... vu ce qui s'est passé...

    - Ce qui s'est passé ? Vous êtes donc déçue à ce point ?

    Apparemment, il n'était pas au courant des derniers évènements en date.

    - Le roi est mort.

    Il mit quelques secondes à assimiler la nouvelle.

    - Le roi ? Le roi Aemon ? Tu est sûre ? Pas son fils plutôt ? Le roi a dans les 60 ans, c'est idiot...

    - Il voulait prouver à tout le monde qu'il pouvait se battre comme un dragon.

    - C'est fou ça... alors, il a participé à une joute ? Le tournoi est donc fini ?

    - Je n'en ais aucune idée.

    - C'est... vraiment fou.

    - En effet.

    - Et vous... vous allez retourner au nord alors ?

    Le chevalier semblait dépité.

    - Ho non ! s'exclama Sansa.

    - Vraiment ? Vous restez dans le sud ?

    - Oui, mais juste pour une semaine.

    - C'est déjà bien. Enfin... j'imagine qu'après un voyage pareil, c'est bien normal de rester. Vous avez traversé la moitié de Westeros pour venir ici !

    - En effet, c'est un voyage épuisant.

    - Moi non plus je ne suis pas pressé, la route est longue jusu'au Bief... d'autant plus que ce tournoi aurait dû durer un peu plus longtemps.

    Ellyn regardait son amie avec amusement. Quand soudain, l'arrivé en trombe de l'écuyer de Ser Guillem détourna son attention.

    - J'ai des nouvelle du château ! clama-t-il. Le roi est mort !

    - Vous avez une longueur de retard, lui répondit Guillem, je viens d'être mis au courant.

    - Oui, mais... j'ai des nouvelles encore plus fraiches, j'ai été dans les premiers à savoir : Ser Renly, le chevalier qui l'a tué, à été retrouvé dans sa prison avec les deux yeux percés. Son écuyer qui était avec lui est grièvement blessé. Le prince est accusé, mais il nie tout de bloc : il répète à qui veut l'entendre que, si il avait été là, il aurait fini le travail.

    - Bong sang ! s'exclama Sansa.

    Le chevalier sembla réfléchir quelques temps (ouah ! un chevalier qui réfléchit ! notez-le sur votre calendrier, ça risque de ne pas ce reproduire avant longtemps !).

    - Tout ça ne sens pas très bon, ni pour le Bief, ni pour les dragons... enfin, il n'y a peut-être pas de raison de s'inquiéter ? L'arme du forfait a-t-elle été retrouvée ?

    - Non Ser, mais d'après les blessures de l'écuyer, ce serait une épée.

    Le chevalier balaya ces idée d'un revers de main.

    - Bah, ne pensons plus à cela. Nos charmantes invitées n'ont peut-être pas envie des détails, n'est ce pas ?

    Il se tourna vers Sansa.

    - Pas tellement, en effet...

    - Vous voudriez entrer dans ma tente ? C'est modeste, mais c'est tout ce que j'ai à vous proposer pour discuter au calme.

    - Bien sûr !

    Le chevalier ouvrit donc un pan de tente pour les laisser passer. Une fois à l'intérieur, Ellyn regarda autour d'elle avec curiosité. Le chevalier leur proposa un peu de vin, tout en demandant :

    - Alors ? Que comptez-vous faire maintenant ?

    - Aucune idée, répondit Sansa.

    - Moi non plus je ne sais pas encore, continua le chevalier. Lord Tyrell va rentrer chez lui avec tout son troupeau, mais je n'ai aucune obligation à Rubriant, je peux m'attarder par ici sans problèmes.

    - D'accord, je vois...

    - Votre père vous a laissé une marge de combien de temps environs une fois à destination ?

    - Une semaine environ.

    - Moui, j'imaginais quelque chose de similaire... Et vous pensez rester dans les environs de Vivesaigues ?

    - Malheureusement non... mais peut-être nous reverrons-nous un jour !

    Le chevalier hocha la tête d'un air dépité.

    - Je l'espère, oui...

    Sansa fit un léger sourire qui ne pouvait toutefois pas cacher sa tristesse. Soudain, un jeune garçon d'une bonne dizaine d'année se présenta à l'entrée de la tente.

    - Ser Guillem Florent, c'est vous ?

    - Oui, en effet. Pourquoi donc ?

    - Vous êtes convié à l'incinération de roi, à Port-Réal.

    - Quoi ? Mais pourquoi moi ?

    - Je ne sais rien moi, je suis juste messager.

    Le chevalier adressa un nouveau regard déçut vers Sansa. Il savais que le convois partirait bientôt, et cela ne ferait que presser encore son départ.

    - Ooh, fit cette dernière... c'est dommage.

    - Oui, vraiment. Winterfell est tellement loin au nord... vous ne vous y ennuyez pas trop ?

    - Cela dépend.

    - Vous ne devez pas avoir beaucoup de visites là-bas, tout de même...

    - Pratiquement jamais.

    - Je vous plain alors. Quoique... au moins, vous êtes loin aussi de toutes ces intrigues barbantes de la cour.

    - Oui, c'est bien l'avantage.

    - En effet...

    Il avait toujours l'air un peu triste, et leur présenta la bouteille sur la table.

    - Du La Treille Auré, le même que celui que je t'ai servi hier. Puisque apparemment vous n'avez pas souvent l'occasion d'en boire dans le nord, permettez que je vous en offre une bouteille.

    - C'est vrai ?! J'en suis ravie !

    Un petit sourire apparu sur ses lèvres.

    - N'oubliez pas de penser à moi en le buvant alors.

    - Jamais je ne vous oublierais, je vous le promet !

    - Moi non plus, ça ne risque pas. J'espère vraiment qu'on aura l'occasion de se revoir.

    - Et moi de même.

    - Si un jour vous en avez l'occasion, n'hésitez pas à venir à Rubriant. Vous y serez toujours la bienvenues dame Sansa.

    - J'en serais ravie, Ser Guillem.

    - Et moi aussi. Permettez maintenant que je fasse mes bagages : faire attendre trop longtemps une escorte princière n'est jamais très bon pour la popularité.

    - En effet. J'espère vraiment que nous nous reverrons.

    Le chevalier hocha la tête.

    - Bon retour au nord. Ah, et n'oubliez pas la bouteille.

    Sansa prit la bouteille et la serra contre elle.

    Ellyn attendait son amie près de la sortie de la tente. Elle était déçue pour Sansa, de devoir quitter son chevalier champion dès le lendemain de leur rencontre. Qu'est ce qui se passait dans les histoires, à ce moment là, déjà ?

    - Tu veux faire quoi maintenant ? demanda-t-elle une fois que Lady Sansa l'eut rejoint. Je veux dire... c'est dommage que ça doive se terminer comme ça, mais on ne va pas rester une semaine à se lamenter, hein ?

    - Oh ça non ! Il est hors de question de se lamenter pour ça !

    - Tant mieux ! On pourra quand même aller voir son départ si tu veux. Ou aller écouter des troubadour ? Ou un spectacle de marionnettes ?

    - On fera tout ça ! s'exclama Sansa.

    Ellyn sourit de toutes ses dents. Elle étaient dans le sud, il fallait en profiter un maximum avant d'avoir à retourner à Winterfell !

    - Allons d'abord reposer ta bouteille à la tente. En espérant que la septa n'en fasse pas tout un plat !

    Sansa acquiesça et les deux jeune filles se mirent en devoir d'aller cacher la fameuse bouteille dans la tente, espérant que la septa ne la trouverait pas.

    - Super ! On va où maintenant ?

    - Allons déjà dire au revoir à Ser Guillem.

    - D'accord, allons-y ! Ils doivent être entrain de se préparer à partir pour Port-Réal, lui et tout les autres choisi pour l'escorte. D'ailleurs, je me demande pourquoi il a été choisi... Iris m'avait dit que les Tyrell et leur vassaux n'étaient pas très appréciés du prince.

    - Ah bon ?

    - Oui, mais ça non plus je ne sais pas pourquoi. Alors, on y va ?

    Ellyn se fraya alors un chemin entre la foule et les tentes, vérifiant de temps à autres que Sansa était bien toujours derrière elle. Plus loin, de nombreuses tentes étaient entrain d'être démontées, et toute une foules de gens s'affairaient à attrouper leurs affaires. Sans doute le convoi qui devait partir dans l'après-midi pour Port-Réal.

    Sansa couru vers Ser Guillem, qui était entrain d'arnacher son cheval. Sa tente avait été entièrement pliée et ses affaires rangées. Il la vit arriver et se tourna vers elle.

    - Lady Sansa, vous avez pu venir me voir !

    - Oui j'ai eu de la chance,c'était pour vous souhaiter un bon voyage et surtout un dernier au revoir !

    - Je vous en remercie.

    Il flatta l’encolure de son cheval, le même destrier gris pommelé que celui qu'il avait monté pendant le tournoi. Il n'était pas un prince lui, il n'avait pas deux montures...

    - Mais de rien !

    Sansa rougit légèrement devant le chevalier.

    - Iris reste ici, tout comme Lord Tyrell. Vous aurez toujours elle pour vous tenir compagnie. Et j'essayerais d'envoyer un corbeau à Winterfell dès que j'en aurais l'occasion. Après tout, je ne pense pas que le prince requière ma présence à Port-Réal bien longtemps. Je ne sais même pas pourquoi il me veut dans l'escorte du convoi macabre de son père.

    - D'accord, acquiesça Sansa.

    Ellyn, qui voulait quand même avoir son mot à dire, lui dit :

    - Et puis... si tu n'a pas de frères, tu seras bien sire de Winterfell un jour ! Tu feras bien comme tu as envie à ce moment là.

    Le chevalier la coupa :

    - On dirait que je vais bientôt devoir partir...

    Le chevalier regardait la foule qui s'amassait autour d'une charrette ornée d'or et tirée par quatre chevaux blancs. Allongé dans son linceul, le roi se préparait à son dernier voyage...

    Sansa baissa la tête, déçue. Ser Guillem regarda vers l'avant du convoi, où le prince discutait avec un hurluberlu au blason présentant deux cygnes combattants. Viserys était vêtu tout en habit flottants noirs rouges et or, avec pour protection un simple pourpoint de cuir noir frappé d'un dragon crachant le feu.

    Alors, prit d'une inspiration soudaine, le chevalier se pencha vers Sansa et lui donna un bref baiser sur le front.

    - Avec l'espoir de vous revoir un jour, dame d'amour et de beauté.

    Sansa rougit et sursauta légèrement et lui sourit en lui disant :

    - Et moi de même, beau conquérant.

    Le chevalier fit alors demi-tour et monta sur son cheval, puis tourna sa monture vers Sansa pour un dernier adieu.

    Sur un ordre de marche, le convoi commença son voyage. Ser Guillem lança un dernier sourire triste en direction de Sansa et suivi le mouvement.

    Ellyn, qui se trouvait quelques pas derrière elle, avait assisté à toute la scène.

    - Comme c'est romantique... il faut absolument que cette histoire se termine bien !

    - Heu... sors de ta bulle, recommanda Sansa.

    - Quoi ? C'est vrai que c'est super mignon ! Un adieu déchirant et plein de promesses... Vous allez forcément vous revoir, non ?

    - Hé bien... aucune idée.

    - Pff... tu verras, même la glace de Winterfell fondrait devant cette histoire, ton père ne pourra pas te reprocher de vouloir le revoir.

    - Je l'espère...

    - Ha, ça y est, on ne les voit plus... et donc maintenant, le roi est mort ? Ça fait vraiment bizarre...

    - Oui, vraiment...

    - Qu'avais-on dis que nous ferions après avoir dis au revoir à ton chevalier Florent ?

    - Les boutiques !!

    - Ha oui, c'est vrai... boutique de quoi ? Il y en a des tas ici, beaucoup plus qu'à Winterfell en fait...

    - De vêtements ?

    - Beuh... on en a pas assez des vêtements ?

    - Si mais au moins on auras de la couleur !

    - Ouais, bon, si tu veux... Je te suis.

    Sansa sourit et prit sa main en s'élança vers les habitations de Vivesaigues. Ellyn la suivit tant bien que mal, mi-trainée mi-courant.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :