• Chapitre 20 : Noires ailes, noires nouvelles

    Sansa et Ellyn avaient décidé de se rendre au bois sacré. A Vivesaigues, pas d'abre-cœur, pas de barral... du simples jardins en toute apparence.

    - Ça fait... vide pour un bois sacré, fit remarquer la bâtarde.

    - En effet... il n'y a rien.

    Tout en marchant sous les arbres, Ellyn ajouta :

     

    - C'est un peu comme si... il n'avait pas de coeur.

    Le temps se couvrait de quelques nuages, ce qui tira à Sansa un soupir désolé.

    - Ooh... le soleil va me manquer.

    -Pourtant tu as l'habitude, rigola Ellyn. Il fait souvent nuageux à Winterfell. Et puis... un peu de fraicheur ne pourrait pas nous faire de mal, non ? Il a fait tellement chaud ces derniers jours... Je me demande comment les chevaliers faisaient avec leurs énormes armures de plate !

    - Il faut avoir beaucoup de courage, approuva Sansa.

    - Sans doute, rigola Ellyn. Et dire qu'on est encore qu'à Vivesaigue ! Plus on va vers le sud, plus il fait chaud d'après les mestres.

    - J'ai hâte de voyager plus tard.;.

    - Tu pense que... ton père te laissera partir ?

    - Aucune idée.

    - Il t'a déjà laissée aller à ce tournoi, c'est un bon début.

    - Oui, et j'en suis heureuse.

    Ellyn prit un temps de réflexion.

    - A propos, tu sais quand est-ce que nous rentrerons ?

    - Aucune idée chère amie... le plus tard j'espère.

    Ellyn lui adressa un demi sourire.

     

    - Pas pressée de rentrer à Winterfell, pas vrai ?

    - Ça tu peux le dire !

    - Pourtant, il n'y a pas grand chose à faire ici. Je trouve même ça... un poil ennuyant. Pourquoi rechignes-tu tant à retourner dans le Nord ? Je sais qu'il y fais plus froid, moins joyeux, mais c'est tout de même là que tu as grandis ?

    - La seule chose que j'ai souhaitée c'est partir de Winterfell.

    Ellyn fixa un arbuste aux couleurs vives un peu plus loin dans le bosquet. Elle ne savait pas quoi ajouter. C'est le mestre de Vivesaigues qui lui ôta cette tâche délicate en arrivant en courant dans le bois sacré.

     

    - Lady Sansa ! Je vous cherche depuis un quart d'heure au moins ! C'est terrible ! Je viens de recevoir un corbeau de Winterfell, ça vous concerne !

     

    Ellyn le regarda arriver avec appréhension. "Noires ailes, noires nouvelles"... Sansa s'empressa d'aller à sa rencontre :

    - Que se passe-t-il ?

    - Votre père est mort, lâcha le mestre à tout vitesse.

     

    Ellyn en resta éberluée. Le seigneur de Winterfell et gouverneur du Nord ? Mort ? Son tuteur depuis tant d'années qui l'avait presque élevée, mort ? Le père de Sansa ? MORT ?!!! Impossible !

    Sansa resta quelques instant éberluée.

    - N-non... pas possible...

    Et elle fondit en larmes.

    Résultat de recherche d'images pour "sansa stark crying"

    Ellyn resta muette de stupeur, sous le choc. Le mestre, un peu gêné d'avoir annoncé une nouvelle pareille de façon si brutale, demanda avec plus d'attention :

     

    - J'ai plus de détails dans la lettre... Vous souhaitez les connaître ?

    Sansa opina de la tête.

    - Il a été assassiné, confia le mestre. On ne sait pas encore par qui, mais tout prête à croire qu'il y a eu un bref combat et que son adversaire l'a ensuite achevé de sa lame.

     

    Assassiné ? Ellyn se mordit la lèvre pour ne pas fondre en larme. Qui pourrait vouloir assassiner un homme aussi droit et juste que le seigneur de Winterfell ?

    Sansa avait d'autres préoccupations :

    - M-mais... mais qui va régner sur le Nord alors ?

    Le mestre eut l'air gêné.

     

    - Vous n'êtes pas mariée, et vous n'avez pas de frère... Donc officiellement, vous êtes désormais la gouverneur du Nord.

    - H-hein ?!!!

    - Hé bien oui. Vous êtes la plus âgée de ses filles, donc d'après toutes les lois de Westeros, vous lui succédez à Winterfell.

    - Wo-woah..m-mais alors..nous..il faut qu'on partes alors !

    - Rien ne presse, mais il faudrait en effet que vous preniez le chemin du retour, acquiesça le mestre.

    Sansa essuya ses larmes tant bien que mal.

    - Si... vous avez besoin d'être un peu seule ? s'enquit le mestre.

    - Oui... s'il vous plait...

    - Je m'en vais.

    Et, comme promis, il s'éloigna. Ellyn interrogea Sansa du regard. Devait-elle aussi la laisser en paix ?

    Sansa essayais de se calmer, toujours à sécher ses larmes.

    - Ça va aller ne t'en fais pas... je pense qu'on devrait rentrer...

    Elle opina lentement de la tête.

     

    - Tu as raison. Ils vont nous attendre là-haut. Ils vont T'attendre surtout.

    Sansa acquiesça et elles retournèrent sans plus attendre à leur chambre.

     

    ***

    Ellyn suivait toujours son amie.

     

    - Quand partons-nous ? Il est trop tard pour prendre la route aujourd'hui, et nous ne sommes pas prêtes...

     

    La septa, qui brodait toujours au coin du feu, leva la tête en les voyant arriver.

     

    - Lady Sansa ! Qu'avez-vous donc ? Vous avez pleuré ?

     

    Ellyn fusilla la vieille femme du regard mais laissa à son amie le soin de répondre.

    - Père est mort.

    - Ho, douce enfant... pardonne-moi, je ne savait pas.

     

    La vieille septa avait l'air sincèrement contrit. Après tout, elle avait servit pendant longtemps à Winterfell, plus longtemps encore que Ellyn ou Sansa. Elle devait bien connaître le seigneur des lieu elle aussi.

    - Et à présent je suis gouvernante de Winterfell... et tout le monde m'attend.

    - Je vois... le séjour à Vivesaigues est donc écourté. Je comprend mieux votre accablement !

    La septa baissa les yeux sur sa broderie et Ellyn se tourna à nouveau vers Sansa.

     

    - Que va-tu faire pour l'instant ? Préparer tes affaires ?

    Sansa approuva et elles s'y mirent toutes les deux. Toujours sous le choc de la nouvelle, elles ne pouvaient s'empêcher de penser qu'elles avaient passé moins de temps que prévu dans cette chambre du donjon

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :