• Chapitre 27 : Legenduil

    Legenduil entra dans la cour de Winterfell à cheval. Elle mit pied à terre et accrocha sa monture à une barrière. Ser Jon Cassel, le maître d'arme s'avança vers elle.

    - Lady Legenduil, bonjour ! Vous avez fait bonne chevauchée ?

    - Très bonne, merci. Ma sœur Sansa est-elle rentrée ?

    - Pas encore, non. Les dernières nouvelles que j'avais d'elle, c'est qu'elle est partit à Vivesaigues assister à un tournois, avec cette bâtarde que votre père avait prit sous son aile et une vieille septa pour veiller au grain. Et une escorte, évidemment : c'est moi qui ai choisit les hommes qui iraient. Enfin bref : je ne sais pas combien de temps va durer ce tournoi ni si elle va rester longtemps profiter du "Sud".

    - D'accord... Et mon père ? Des nouvelles ?

    Le maître d'arme se troubla.

    - Ce... c'est... vous... On a retrouvé son corps. Poignardé à mort.

    Les yeux de Legenduil se remplirent de larme, bien qu'elle tenta de le cacher pour se montrer forte. Elle était partie en excursion plusieurs jours dans les campagnes entourant Winterfell... Elle ne s'attendait pas à retrouver son père mort à son retour. C'était...

    - Écoutez... c'est une nouvelle terrible pour nous tous...

    Elle laissa enfin couler ses larmes.

    - Il aura été le meilleur des pères, souffla-t-elle d'une petite voix.

    - C'était un homme droit, acquiesça Jon. Et un bon gouverneur. Celui qui a osé le tuer si lâchement le paiera, je le jure sur mon épée.

    -Je trancherai volontiers la tête de celui qui a causé sa mort, rétorqua froidement Legenduil.

    "Et aussi à ceux qui m'en empêcherons"se promit-elle en silence.

    - Déjà faudrait-il savoir de qui il s'agit, se désola Jon d'un air sombre.

    - On le trouvera.

    "On le trouvera et on le tuera."

    Le maître d'arme, bien qu'habitué au fort caractère de Legenduil, ne se souvenait pas avoir déjà vu la jeune femme dans un tel état de colère froide. Il tenta de la tempérer pour éviter d'avoir en plus des accidents regrettables sur les bras :

    - Oui, le responsable sera de toute évidence condamné à mort, mais il aura droit à un jugement. Il serait regrettable de punir un innocent...

    Legenduil réfléchit.

    -Un jugement ? L'envoyer à la Garde de Nuit ? Le paradis idéale des traîtres !

    "Ma vengeance je l'aurai !"

    - Tu as raison, nous ne laisserions pas aller le meurtrier du gouverneur du Nord s'en tirer à si bon compte. Mais nous ne pouvons pas prendre le risque de tuer un innocent, tu comprends ?

    Elle comprenait très bien, mais elle était prête à tous pour sa famille.

    -Alors commençons les recherches maintenant ! répliqua la jeune fille, acariâtre.

    - Oui, bien sûr... tu veux que je te mène à l'endroit où le corps a été retrouvé ?

    -Oui...mais...il vaut mieux attendre d'être sûr que l'assassin n'est plus dans les parages ? Non ? demanda-t'elle en se calmant et comprenant vraiment les conséquences.

    -Et si c'était un piège, et que le tueur ne cherche qu'a nous anéantir ? Je suis désolé je me suis emporter.

    Le maître d'arme se radoucit en voyant la jeune femme se calmer un peu.

    - Depuis l'assassinat, tout Winterfell est en émoi. Si cet homme (à supposer que ce soit un homme, nous n'en savons rien) tentait de recommencer, il serait bien vite démasqué.

    - Quand aurons lieu les funérailles ?

    - Il sera inhumé dès demain dans les cryptes. Un sculpteur a été payé pour immortaliser son portrait dans la pierre, à l'instar des anciens rois du Nord.

    - Ce sera... sûrement... Sansa qui deviendra la gouverneur du Nord. Est-elle au courant ?

    Il soupira.

    - Je n'en sais rien. Un corbeau a été envoyé vers le sud, mais nous n'avons aucune confirmation comme quoi il serait bien arrivé à destination. J'espère qu'elle ne tardera pas trop pour rentrer.

    -Combien de temps faut-il pour aller de Vivesaigue jusqu'à Winterfell ?

    - Tout dépend de l'allure... quelques semaines je pense.

    -Il faut espérer q'il n 'y aura aucun retardement. Je ne veux pas gouverner.

    - Elle reviendra, il le faut bien. Et alors elle gouvernera.

    - Et pendant ce temps ?

    Le maître d'arme fixa Legenduil.

    - Tu es sa seule famille ici, à Winterfell. Tu seras aidée, mais c'est à toi que revient cette tâche jusqu'à son retour.

    Legenduil prit un air dégoûté.

    - Bien sûr...

    - Ne t'en fais pas, la rassura Jon. Ce n'est que pour un temps...

    - Et que s'est-il passé durant mon absence ?

    Le maître d'arme réfléchit rapidement. Elle était partie plus d'une semaine, ce n'était pas rien...

    - Pas grand chose à vrai dire. La grande chienne de chasse préféré de ton père a enfin eu sa portée, trois petits en bonne santé, Lord Karstark a fait une brève visite avant de repartir... ha, si, tout de même : on a reçut un corbeau du sud, nous annonçant que le roi était mort, et que son fils aîné prenait sa place, je ne sais pas si tu étais au courant. Et puis ce Lannister qui est venu avec sa troupe pour s'entretenir avec ton père aussi, mais il n'est pas encore partit.

    Legenduil commença a douter de ce que les Lannister étaient venu faire ici et si ils étaient venu.

    -Des Lannister vous dites ? 

    - Heu... oui. Un noble et son escorte, venus des terres de l'Ouest. Je ne sais pas pourquoi ils sont venus, mais tout prêtait à croire qu'ils voulaient demander quelque chose à feu ton père.

    - Et ils ne paraissait pas... suspects ?

    Jon soupira.

    - Évidement, ce sont des étrangers, et le meurtre à eu lieu comme par hasard quand ils étaient là. Mais nous n'avons aucune preuve contre eux, et tout cela me semble assez louche. Je t'en prie, Legenduil, ne t'attire pas plus d'ennuis que nécessaire avec ces hommes.

    - D'accord... soupira la jeune femme.

    - Que comptes-tu faire à présent ?

    - Rien sans doute, ou du moins chercher des preuves toute la journée. En chercher jour et nuit et... je doit gouverner... jusqu'au retour de Sansa.

    - Bonne chance. Si tu as besoin d'aide, n'hésites pas à me faire signe : je brûle tout autant que toi de faire la lumière sur cette mort.

    - Merci Jon... J'ai de la chance de t'avoir.

    Le vieux maître d'arme sourit sous le compliment.

    - Je suppose que c'est réciproque. On a pas souvent des élèves de ton genre dans mon métier.

    Legenduil lui sourit.

    - Oui, je suppose, et on a pas souvent ,un aussi bon maître d'arme.

    - Comment pourrais-tu le savoir, rigola-t-il. Tu n'en as pas connu d'autre.

    - Oui...Mais j'en suis sûr. Affirma-t'elle d'un air malicieux.

    - Allons...

    Il garda son sourire à peine teinté de tristesse et montra le donjon d'un signe de tête.

    - Je te laisse aller.

    Malgré la tristesse qui habitait son coeur, Legenduil ressentait un peu de fierté à l'idée de s’asseoir sur le siège de son père, au bout de la Grande Salle.

     

    ***

     

    Legenduil sortait du donjon, bien décider à mener son enquête. Elle se dirigea vers un groupe de personnes dans la cour.

    -Salutation, messire, avez vous des informations sur les Lannister qui sont venu à Winterfell ?

    Les gens se regardèrent entre eux, interloqués. Ce fut le forgeron qui fut le plus prompt à réagir.

    - Tu veux parler de cette troupe de bravache qui se pavanent avec leurs lions dorés sur la poitrine ? Ouais, on les a bien vu ces derniers temps. C'est un nobliaux qui les a amenés ici, sois-disant pour parlementer avec Lord Stark. Ben bizarrement, ça fais quelques temps qu'on en voit plus que la queue, au lion féroce. Quoique certains soldats viennent toujours me demander de ferrer leurs chevaux ou des trucs dans le genre.

    Legenduil sembla perdu dans ses pensées

    -L'un d'eux était un assassin...

    Le forgeron, un homme assez simple et brutal, hocha vigoureusement la tête.

    - Ça m'étonnerait pas. Ces sudistes, c'est tous des serpents cachés sous leurs soieries, c'est bien connu. Et les lionceaux ne font pas exception.

    - On vengera mon père..mais pour l'instant, il vaut mieux attendre. On ne sait pas qui est le véritable assassin...Mais je vous promet qu'on vengera le Seigneur du Nord.

    Le forgeron grogna :

    - Le venger, ouais, ça fais aucun doute. Si vous voulez mon avis, n'attendez tout de même pas trop avant que les chatons dorés ne retournent dans leur tanière.

    - Je ferais de mon mieux... murmura-t-elle.

    Mais d'ici le retour de Sansa, elle se sentait incapable de faire quoi que se soit. Elle n'avait aucune idée de par où commencer.


  • Commentaires

    1
    Samedi 9 Mai à 14:17

    aha vivement la suite ^^

    2
    Samedi 9 Mai à 14:22

    Avec Sansa, il n'y a désormais plus grand chose... Cette suite, elle dépend de vous !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :