• Chapitre 5 : Le tournoi

    Peu de temps après, Ellyn ressorti, avec la fameuse robe noir et argent aux longues manches crevées. La plus complexe de sa garde robe, et la plus élégante, mais rien d’extravagant à côté de ce que portent certaines dames aperçues plus tôt dans la journée...

    Sansa, quand à elle, se vêtit de sa robe mauve aux motifs argentés, avec une étoffe souple et légère.

    - Bravo, tu es ravissante là-dedans ! Sa change des robes de laine de Winterfell... ici on peut se permettre des tissus légers. Tu viens, on y va ?

    - Je te suis !

    Ellyn se fraya un passage dans la foule qui s'amassait autour des lices, pour atteindre la tribune avec Sansa. Elle s'installa sur l'estrade, non loin de la femme de Myr qui les avait invité un peu plus tôt. Elle laissa à Sansa la place juste à ses côtés. C'est vrai quoi, pas sûr qu'elle ait le droit d'être ici... elle était juste une bâtarde quand même...

    D'ailleurs, elle avait remarqué tout en haut de l'estrade, à la place d'honneur, un homme d'age avancé aux cheveux d'argents. Il portait un riche surcot noir frappé d'un dragon tricéphale rouge : l'emblème Targaryen. Il s'agissait du roi, sans équivoque.

    La femme Myrienne à ses côté lui fit un sourire en la reconnaissant, mais elle n'eut pas le temps d'engager la conversation que déjà le héraut sur les bords des lices annonçait les premier chevalier à courir.

    - Ser Lancel Lannister, à ma gauche, et Ser Guillem Florent à ma droite !

    Les deux chevalier entrèrent ensemble. Le premier était monté sur un étalon blanc comme neige, et portait une armure dorée et un heaume surmonté d'un lion rugissant de grenat. Guillem, lui, portait une armure d'acier, monté sur un cheval gris pommelé. Un petit renard d'argent se pavanait sur son casque.

    Tout deux vinrent devant l'estrade, saluer le roi et le seigneur de Vivesaigue. Au passage, Guillem adressa un clin d'oeil aux trois femme assises à l'avant. Sansa souriait et observait la scène.

    Les chevaliers se séparèrent pour aller chacun d'un côté du terrain. Au premier coup de trompette, ils lancèrent tout deux leurs montures au galop, tenant leur lances à l'horizontale et visant les bouclier adverses. Les deux hampes de bois se brisèrent avec fracas sous les aplaudissement des spectateurs : c'était signe que les deux chevaliers était habiles. Deuxième charge, nouvelles lances : Lancés à pleine vitesses, ils se percutèrent de nouveau. Mais cette fois, la lance du Lannister dévia le long du boucliers adverse sans plus de dommages, alors que celle de Guillem le frappait de plein fouet... Lancel se retrouva roulant au sol, sans avoir pu se maintenir en selle. Sous le choc, le lions rugissant de son casque se détacha. Guillem sauta de selle, prêt à poursuivre à l'épée si son adversaire tirait la sienne, mais il n'en fit rien. Alors, il ramassa le lion doré, se dirigea vers l'estrade, et le lança en direction de Sansa.

    - A la plus belle ! clama-t-il. A l'oiseau du nord !

    Sansa rougit énormément, récupérant le lion doré et le serrant dans ses mains.

    Guillem sorti sous les acclamtion du publique, tandis qu'on ramenait le Lannister et son cheval à sa tente.

    Ellyn donna un coup de coude et une oeillade amusée à Sansa, mais n'eut pas le temps de dire un mot que déjà le héraut annonçait les prochains adversaires :

    - Le Prince Viserys Targaryen à ma gauche, et Ser Gregor Barathéon à ma droite !

    Tout deux entrèrent en lice. Le prince montait son grand destrier noir, plus rien à voir avec sa fine jument dornienne de voyage. Son armure était assez légère pour une armure de tournois, composée du strict minimum de protection. Son casque noir était surmonté d'une gueule de dragon béante, et ses fines ailes rouges se repliaient sur les côtés. le dragons tricéphale qui ornait son bouclier semblait narguer le cerf couronné de son adversaire, en face. Gregor Barathéon était un chevalier dans la force de l'age, avec de larges épaules et le regard bleu perçant. Son heaume portait des andouillets de cerfs, de même que la protection frontale de son cheval.

    Les deux cavaliers vinrent se présenter devant le roi et le seigneur, comme le voulait la coutume. Viserys affichait un air suffisant, et lança un regard presque amusé à son adversaire avant de refermer la visière de son casque.

    Les deux jeunes filles du nord souriaient tranquillement et observaient la lice.

    Les trompettes sonnèrent et les deux chevaux s'élancèrent au galop. Alors que les deux adversaire se rapprochaient à toute vitesses, Ellyn attrapa la manche de Sansa.

    - La lance du prince... elle est trop basse, il ne va pas toucher le bouclier...

    Au fond, La jeune fille avait espéré la victoire du beau Targaryen fasse à la brute Barathéon, c'était plus conforme à une belle histoire de chevalerie... elle allait s'en mordre les doigts.

    En effet, la lance était trop basse. Elle percuta le cheval en pleine tête et fit voler au passage un des andouillets de son armure. Sans cela d'ailleurs, il serait peut-être mort sur le coup... au lieu de quoi il pala soudainement et se cabra, envoyant son cavalier rouler dans la poussière.

    Ser Grégor se releva d'un coup, bien décidé à ne pas se laisser abattre si facilement. Il tira son épée et attendit le prince de pied ferme.

    Viserys sauta de cheval, tirant sa propre arme, et les deux adversaires commencèrent la danse...

    L'épée de Ser Grégor fusait avec une rapidité impressionnante, et une force telle qu'elle aurait pu facilement couper un bras en deux. Le prince commença une retraite précipitée, parant certaines attaques avec son épée, d'autre avec son bouclier, et esquivant par bond les coups les plus violents. Ils traversèrent ainsi une bonne partie du terrain. Le barathéon frappait avec de plus en plus d'assurance et de force, il y était presque... Viserys fit un nouveau bond en arrière, à peine plus grand que les autres, Ser Grégor le suivit pour tailler... Trop tard. Sur la marche de son adversaire, le prince était parti en flèche, épée en avant. Trop surprit, et prit dans son élan, le Barathéon ne pu esquiver la lame qui le toucha sur le bas de la tête, faisant voler son heaume au passage.

    Sachant que poursuivre le combat sans son casque était une folie, le chevalier se rendit de bon coeur, et Viserys partit gagnant. Il releva sa visière et sorti du terrain avec son cheval, adressant au passage un sourire victorieux à son père.

    Le roi, étrangement, se tenait crispé sur son siège, plus furieux que réjouis...

    - Hmm... bizarre cette réaction, fit remarquer Sansa.

    Ellyn se tourna vers son amie.

    - Hein ? De qui tu parles ?

    - La réaction du roi...

    Ellyn regarda le roi avec plus d'attention.

    - C'est vrai qu'il pourrait être plus fier... son fils a gagné quand même.

    - En effet...

    - Ha ! Ils appellent de nouveaux chevaliers !

    En effet, le héraut appela deux nouveaux adversaires pour qu'ils s'affronte. Ellyn n'en connaissait aucun. Sansa, quand à elle, continuait de les regarder mais pensait sans cesse à Ser Guillem.

    L'après-midi se déroula ainsi par de nouveau éliminatoires. Comme les chevaliers étaient nombreux en ce début de tournois, le niveau des joutes pouvaient beaucoup varier, et aucun ne repassa deux fois.

    Vers la fin, Lorsque le soleil commença à décliner, le seigneur de Vivesaigue annonça que les joutes prendraient fin pour la journée, et qu'ils allaient procéder au tirage au sort pour les rencontre du lendemain... les spectateurs pouvaient rentrer chez eux, ils n'y aura plus de duel pour la journée.

    Sansa se leva, imitant les autres, pour aller rejoindre sa tente. Mais au lieu de cela, elle se dirigea vers l'endroit où était partit Ser Guillem.

    Le chevalier était entrain de se faire retirer sa lourde armure par son jeune écuyer.  Il sourit en la voyant arriver.

    - Sansa ! Vous avez bien profité du spectacle alors ?

    - C'était spectaculaire !

    - Ravi de l'entendre... Mon adversaire était vaillant aussi, je l'ai senti... mais il n'a pas eu de chance, tout bonnement. C'est beaucoup une question de chance, les tournoi. Parfois, un simple coup de vent, et... paf ! ta lance dévie ! Enfin... il y a parfois des choses qui ne peuvent pas passer pour des accidents. Et qui ne sont pas des conduites très chevalières.

    Il fronça les sourcils un instant, comme perdu dans ses pensées, puis reporta son attention sur Sansa, le visage à nouveau lumineux.

    - Tu avais déjà assisté à un tournoi par le passé ?

    - Non c'est le premier auquel j'assiste !

    - Vous m'en voyez bien content : ça me fais moins de concurrence pour me proclammer comme votre champion.
    Il lui adressa un sourire entendu :

    - ... ce qui ne vous engage à rien, bien entendu.

    Elle lui sourit :
    - Ahah ! Je serais heureuse de voir ça !

    - Chaque joute que je gagnerais sera pour vous ! J'ai reçut les résultats des tirages au sort, je sais qui j'affronterais demain : Randyl Arryn, et Viserys Targaryen ! Que du défi !

    - Ce seras avec la joie de vous voir triompher !

    - Votre amie aux cheveux bouclés n'est pas là ? Elle sait où vous êtes ?

    - Je pense, oui !

    - Elle a dû avoir trouvé mieux à faire alors. Peut-être est-elle restée avec Iris.

    Comme il parlait, le roi Aemon passait en coup de vent entre les tente, suivit d'une petite escorte. Il se dirigeait vers la grande tente noire au dessus de laquelle claquait au vent un oriflamme au dragon.

    L'écuyer avait fini d'enlever son armure au chevalier, et il partit la ranger. Guillem fut à nouveau libre de tout ses mouvement, et il proposa à Sansa :

    - Vous boirez bien quelque chose ?

    - Volontiers !

    Il l'invita dans sa tente et lui servis une petite coupe de vin.

    - Du La Treille Auré, mon préféré.

    Il lui tendit la coupe avant de s'en servir lui-même un verre. Sansa prit la coupe de vin et dégusta :

    - Très bon...

    Il sourit.

    - N'est ce pas ? Mon père a pour habitude de dire que le vin de La Treille est le meilleur de tout Westeros... Mais n'allez surtout pas dire cela à un gars de Vieilleville, ou il prendra la mouche !

    Il éclata de rire avant de secouer la tête et de la regarder à nouveau.

    - A votre façon de boire, je jurerais que vous ne goûter pas souvent de vins pareils par chez-vous...

    Elle rit.

    - Pas vraiment... disons que c'est la première fois.

    - Vraiment ? Hé bien... ce n'est pas courant pour une femme de votre age. Tant mieux devrais-je dire. Au moins, vous êtes loin de l'ivrognerie.

    La jeune femme rigola.

    Ellyn arriva en courant des lices, où elle était effectivement resté en compagnie de Iris.

    - Sansa ! Ça va ? Ho, je vois que tu es en bonne compagnie...

    - Ah, salut Ellyn !

    La jeune fille désigne le soleil déclinant.

    - Je me disais qu'on ne devrait pas trop tarder à rentrer... mais tu as l'air en grande conversation, je m'en voudrais de t'interrompre.

    - Mieux vaut rentrer... et puis de toute façon on se voit demain ?

    Le chevalier répondit dans un sourire :

    -Je l'espère bien ma dame. A quoi bon être le champion d'une beauté si elle n'est pas là pour vous voir triompher ?

    Sansa rougit énormément.
     
    - En effet, cela poserait problème... !
     
    Elle rit.

    Ellyn prit un air moqueur, puis elle prit Sansa par la main.

    - On verra tout ça demain. Tu viens ? Je ne suis pas sûre de pouvoir retrouver mon chemin au milieu de toutes ces tentes de nuit.

    - J'arrive, j'arrive ! répondit-elle sans cesser de rigoler.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :