• Chapitre 6 : L'oiseau du Nord

    Le roi entra dans la tente en laissant ses garde dehors. Viserys était assis nonchalamment sur une chaise, laissant un serviteur dégrafer son armure, une coupe de vin à la main. A l'entrée de son père, il tourna la tête vers lui et lui adressa un large sourire.

    - Père, entrez-donc ! Et goûtez-moi cet excellent vin dornien, rien de tel après un tournoi !

    Aemon soupira.

    - A t'entendre, il n'y a jamais rien de tel qu'un bon vin dornien.

    - Et c'est vrai ! Ravi que le message sois passé !

    Le roi soupira à nouveau et s'assit sur une autre chaise.

    - Laisse-nous, ordonna-t-il au serviteur, qui décampa sans demander son reste. Ha, Viserys ! Je n'aurais jamais dû te laisser partir pour Dorne aussi longtemps ! Voilà maintenant que tu te bas comme un scorpion ! Es-tu un dragon ou un vulgaire serpent rampant, pour offrir un spectacle si déplorable ? Tu n'a lancé qu'une seule véritable attaque de tout ton duel !

    - Une seule, admit-il, mais qui toucha. Contrairement à ce bourrin de Grégor qui fit pleuvoir les coup et perdit.

    - Sors donc de ta tente, et tu entendra plus d'un murmurer qu'il méritait plus la victoire que toi.

    - Lorsqu'on est sur un champs de bataille, ce n'est pas le mérite qui fait ta survie. C'est la différence entre celui qui touche et celui qui rate.

    Le roi soupira une énième fois et se leva.

    - Essaye au moins de prendre en compte mes argument lorsque tu entrera en piste, demain.

    Il quitta la tente sans un regard en arrière.

     

    ***

     

    Toute excité, Ellyn regardait dans ses robes.

    - On met les même que la veille tu penses ? Ou est-ce que les dames changent de robes tout les jours ? Ho, je me demande qui ton chevalier du Bief va affronter...

    - Il me l'as dit hier ! Et oui je vais changer de robe !

    - D'accord, je changerais aussi alors...

    Elle fouilla au fond de son coffre, mettant un peu tout sans dessus-dessous avant de trouver ce qui lui plaisait : une robe simple, de velours vert avec un tout petit peu de dentelle autour du col.

    - Tu en pense quoi ?

    - Très jolie.

    - Merci ! Tu compte mettre quoi toi ? Je te conseil quelque chose de bleu, si tu as, ça mettra en valeur tes yeux...

    - Oui, tu as raison !

    Peu de temps après, une fois qu'elle furent habillée... :

    - On y va ?

    Sautillant presque sur place, Ellyn s'était décalée vers l'ouverture de la tente.

    - J'arrive ! s'écria Sansa en se précipitant vers la sortie.

    En voyant Sansa si pressée, Ellyn sortie à sa suite et se dirigea vers les lices pleine de rêves, de duels chevaleresques, et d'aventures palpitantes dignes des contes...

    Tout le monde s'installait peu à peu autour des barrières, les plus nobles hôtes s'installant juste sous le roi et le sire de Vivesaigues, sur l'estrade. Le héraut qui annonçait déjà la veille les chevalier des duels se trouvait à nouveau au milieu de tout ce monde, relisant la fiche qui lui rappelait qui affrontait qui et dans quel ordre.

    Les deux jeunes nordiennes attendaient le commencement, quand enfin la trompette sonna, et le héraut appela. D'abord défilèrent des chevaliers que ni Sansa ni Ellyn ne connaissaient, mais il finit enfin par appeler :

    - Ser Randyl Arryn à ma gauche, et Ser Guillem Florent à ma droite !

    Les deux chevaliers entrèrent en piste dans leurs armures rutilantes, et leurs lances et boucliers au poing.

    Le regard de Sansa était accroché sur Ser Guillem Florent, son coeur se mit à battre à une allure de folie et ses joues prirent une couleur rosée.

    Après s'être brièvement inclinés devant le roi, les deux cavaliers se séparèrent et le duel commença. Les chevaux étaient lancés à fond, le sol tremblait sous leurs sabots. Les deux lances se brisèrent net. Il échangèrent ainsi trois passes, avant que, d'un coup particulièrement bien placé, Ser Guillem réussit à faire vider les étriers à son adversaire. La lutte se poursuivit ensuite au sol, à coups d'épée. Les deux chevaliers se défendaient bien, mais Ser Randyl était déjà d'un certain age, et il fatigua plus rapidement. Il se prit un coup dans le heaume qui dû le sonner un peu, puisqu'il se rendit et donna la victoire à Guillem.

    Tout fier et victorieux, le chevalier au renard ramassa un petit croissant de lune argenté qu'il avait réussit à faire tomber du heaume de son adversaire pendant les joutes à cheval. Il s'approcha de l'estrade, s'inclina devant toute la noblesse, sourit, puis lança le petit croissant vers Sansa.

    - Un faucon aurait mieux convenu à mon oiseau du nord, mais la simplicité du heaume de mon adversaire ne m'aura offert qu'une lune. Qu'importe ! A la plus belle !

    Sansa prit le croissant dans ses mains, rougissant de plus belle, lui faisant une révérence en guise de remerciement.

    Ellyn adresse un clin d'oeil à sa voisine, tandis que de nouveau adversaires étaient appelés. Il fallu attendre une bonne heure avant que le héraut ne clame entre deux applaudissements :

    - Ser Guillem Florent à ma droite, et le Prince Viserys Targaryen à ma gauche !

    Sansa souriait et regardait, confiante.

    Ellyn agrippa la manche de Sansa tandis que les deux adversaires entraient piste.

    - Tu ne m'avais pas dit qu'ils allaient s'affronter ! Il ne craint pas trop pour son cheval, ton champion ?

    Pendant ce temps, Guillem récupérait la lance que lui tendait son écuyer tandis que Viserys se faisait servir par un soldat Targaryen (puisqu'il n'est pas vraiment chevalier, il n'a pas d'écuyer). Ellyn pu noter que en effet, le cheval de Ser Guillem était plus caparaçonné que lors du premier duel : une sorte de casque de fer sur la tête, et une armure équestre de plaque pour protéger son poitrail.

    - En effet, admit Sansa, c'est inquiétant...

    Les trompettes sonnèrent, et les deux cavaliers éperonnèrent leurs chevaux. Comme lors de sa première joute, le prince tenait sa lance excessivement basse, visant le cheval. Guillem, au contraire, visait le bouclier au dragon avec une précision méthodique. Puis se fut le choc. Miracle ou maitrise parfaite, qu'importe : le chevalier au renard avait réussit à faire faire un écart à sa monture, et la lance rouge et noire passa à côté des flancs de l'animal, et ne fit que frôler la jambe du cavalier sans faire plus de dégats. La lance de Ser Guillem, par contre, frappa le bouclier du prince de plein fouet et éclata en milliers de petites échardes de bois. Viserys chancela sur sa selle, mais réussit tant bien que mal à se rattraper, et retrouva finalement son assiette.

    Deuxième charge, nouvelles lances : les deux cavaliers au galop se rapprochaient à toute vitesse. La lance de Guillem dérapa cette fois sur le bouclier sans faire trop de dommages, mais celle du prince le cueillit en pleine poitrine. Trop attentif à son cheval, le chevalier Florent n'avait plus prit garde à son bouclier, et avait laissé son torse offert à l'arme adverse. Il fut littéralement projeté hors de selle et roula dans la poussière.

    Il eu le souffle coupé pendant quelques instants, mais se releva bien vite, toujours combatif, et tira son épée. Viserys sauta de selle et le rejoignit. La danse pouvait commencer.

    Guillem avait bien vu le premier affrontement du prince, et il avait noté sa manière de se battre : esquiver, donner l'impression à l'adversaire qu'il allait gagner, et puis frapper soudainement avec la vitesse du serpent. Il ne l'aura pas comme ça, pas cette fois-ci. Le chevalier se mit en garde et prit des distances. Voyant cela, le prince n'eut d'autre choix que d'aller le titiller de la pointe de l'épée, le forçant à être toujours sur ses gardes. Puis il attaqua avec plus d'intensité. En réalité, Guillem le laissait faire, il attendait de voir une faille dans la garde de son adversaire, ou il pourrait engouffrer son épée. Il sentait le prince oser de plus en plus, et soudain... il le vit. Cet infime relâchement, se petit espace dans la garde. Viserys avait trop poussé son attaque en visant le bras. Guillem para l'attaque avec son bouclier et profita de cette unique chance pour piquer dans le petit espace offert avec son épée. Avant de sentir une douleur soudaine dans le bras. Il recula précipitamment et regarda le sang perler de l'articulation de l'armure. Une feinte, ce n'était qu'une feinte de plus. Le prince avait prévu cette attaque depuis longtemps. Un coup soudain à la tête le sonna, et un nouveau lui arracha son heaume. Pour achever le tout, Viserys lui faucha les jambes, le faisant s'écrouler à terre.

    Comme Ser Guillem levait une main en signe de défaite, le prince ôta son heaume et s'approcha du vaincu. D'un coup sec d'épée, il trancha net le petit renard bondissant sur le sommet de son casque, et, sous le regard médusé du chevalier, se dirigea tout droit vers les tribunes.

    Sans un regard pour son père, le prince fixa ses prunelles violettes sur Sansa et lui lança le petit renard. Puis il clama avec un sourire amusé :

    - Pour la poule de Ser Guillem !

    Sansa avait les yeux écarquillés devant la défaite de Ser Guillem. Elle ne savait comment réagir.

    Le chevalier se relevait en s'époussetant, et lança un regard chargé de haine au prince. Puis, il ramassa son heaume et récupéra son cheval qui avait profité du duel pour partir à l'autre bout des lices.

    Ellyn n'avait pas lâché la manche de Sansa durant tout l'affrontement, et, si elle s'était enfin décidé à la lâcher, elle n'en restait pas moins tendue. Sansa, quand à elle, tremblait pour son beau Ser Guillem.

    Le chevalier avait réussit à rattraper son cheval, et il sortait maintenant de piste, non sans avoir au préalable lancé un regard d'excuse en direction de Sansa. Il avait la démarche un peu chancelante, sans doute encore un peu sonné, mais il ne semblait pas trop blessé.

    Viserys, de son côté, avait aussi récupéré son étalon noir, et quittait la piste de son côté, tandis que le héraut appelait les adversaires suivants.

    Sansa déglutit et continua d'observer le tournoi. Ellyn fit de même, non sans jeter de fréquents coups d'oeil à Sansa.

    - Sansa, ça va ?

    demanda-t-elle.

    - Tu n'as pas l'air très bien...

    - Si... je vais bien...

    - Bon, si tu le dis...

    Dans son regard, elle était toujours un peu inquiète, mais elle cessa de la questionner.

     

    Le roi quitta peu de temps après les tribunes, prétextant une affaire urgente, tandis que Sansa se levait pour regagner la tente.

    - Tu veux que je vienne avec toi ? demanda Ellyn.

    - Comme tu le souhaite...

    - J'avais envie de voir la suite, mais je suppose que pour toi... ça n'a plus beaucoup d'intêret maintenant.

    Elle jeta un regard aux lice où deux nouveau cavaliers s'affrontaient. Elle admit que le tournois présentait bien moins d'amusement maintenant...

    Sansa ferma les yeux et ne répondit pas.

    - Tu es VRAIMENT sûre que tu te sens bien ? insista Ellyn.

    - Tu as vu comment m'as regarder son adversaire..? Il m'as mis la honte...

    - Le prince... oui, j'ai vu. Je crois que c'était surtout Ser Guillem qui était visé, mais j’admets que... c'était pas très sympa. Tu as gardé le petit renard ?

    - Oui...

    - J'imagine que ton chevalier voudra le récupérer. C'est vraiment dommage... il méritait de gagner, d'être champion ! Tu imagine, tu aurais été reine d'amour et de beauté du tournoi !

    - Je sais...

    Elle fit un petit sourire pour le principe.


  • Commentaires

    1
    Samedi 14 Octobre 2017 à 09:54

    J'aime beaucoup ! ^^ comme on ne peux pas regarder sur tout les liens, ça donne un bon aperçu du jeu . Si tu veux j'ai trois Rp à CastralRoc .

    Dans tout les cas, continue comme ça !

    2
    Samedi 14 Octobre 2017 à 10:16

    Tant mieux, c'est que l'objectif est atteint ! ^^

    Oui, j'ai vu tes RPs... malheureusement, à moins de t'aider avec un autres personnages, je ne peux pas faire grand chose là-bas... (Mon influence ne s'étend pas j'usqu'à Castral Roc... Général, préparez vos armées, nous allons les anéantir !)

    3
    Samedi 14 Octobre 2017 à 10:58

    (non non, ne t'inquiète pas, je m'amuse bien toute seule aussi ! ^^ On peux laisser libre cours à l'imagination, c'est bien pour la mémoire )

    4
    Samedi 14 Octobre 2017 à 11:06

    Tant mieux alors. C'est vrai que c'est bien le but des RPG : assouvir ses envies de laisser notre imagination s'exprimer, et s'amuser. Et si en plus ça t'aide pour la mémoire, c'est encore mieux.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :