• Culpucier

    Image associée  Résultats de recherche d'images pour « culpucier, game of thrones »

    Comme toute cité digne de ce nom, Port-Réal a son lot de ruelles Sordides. Elles sont toutes regroupés dans le quartier de Culpucier.

    Pas très loin : Chez Jayne

    Chez Tristan

     

    Le reste de la ville >


  • Commentaires

    1
    Jeudi 23 Mars 2017 à 19:44

    La femme remontait un peu ses jupes pour ne pas avoir à les souiller dans les flaques à l'aspect glauque qui inondaient à moitié la rue. Elle pressait le pas, apparemment peu envieuse de s'attarder en pareil endroit.

    2
    Jeudi 23 Mars 2017 à 19:48

    Arial la suivait discrètement, elle avait opter pour les toits qui étaient déjà moins sale

    3
    Jeudi 23 Mars 2017 à 19:52

    Elle traversa tout le quartier jusqu'à arriver à flanc de colline, devant une partie de quartier complètement surplombée par Fossedragon. Elle s'arrêta devant un bâtiment à plusieurs étages, duquel sortait de la musique et des rire. Il semblait beaucoup moins miteux que tout les autres vu dans la rue auparavant, et même très propre. A l'entrée pendait une lanterne aux couleurs vives. La femme hésita un peu avant d'oser en pousser la porte.

    4
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:05

    Arial se sentait coincé, si elle rentrait, elle allait forcément attirer l'attention et si elle guettait par une fenêtre, elle allait aussi attirer l'attention... Elle bougonna en se demanda que faire...

    5
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:10

    La femme entra et referma la porte derrière elle. Dans entrebâillement s'était laissé apercevoir une lumière chaude et une musique douce.

    6
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:11

    Arial restait loin quand même mais voyait l'intérieur. Par contre, elle n'entendait pas...  

    7
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:24

    (la porte à été refermé... c'est chez Jayne si tu veux voir de plus près)

    8
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:29

    (y a pas de fenêtre ?)

    9
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:29

    (si, qui donnent sur la pièce principale)

    10
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:31
    11
    Jeudi 23 Mars 2017 à 20:32

    (on continue ici ou à l'intérieur ?)

    12
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:00

    (comme tu veux)

    13
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:03

    (peut importe... on peut faire ici puisqu'elle n'entend pas)

    A l'intérieur, la femme s'était mit à discuter avec une autre. Pas grand chose était visible à  travers les rideaux, mais son interlocutrice paraissait assez mécontente.

    14
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:11

    Arial se posait plein de questions qui resterait surement sans réponse mais elle continuait à épier

    15
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:13

    La deuxième femme s'énerva encore plus, avant de finir par retrouver son calme. Le soulagement transparaissait sur le visage de la troubadour.

    16
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:19

    Arial n'y comprit vraiment rien... Sa mère ? peut-être pas... Elle fini par chercher une entrée par derrière

    17
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:20

    (on continue à l'intérieur cette fois ?)

    18
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:21
    19
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:25

    (tu commences ?)

    20
    Jeudi 23 Mars 2017 à 21:25

    (tu commences ?)

    21
    Lundi 18 Décembre 2017 à 19:13

    Ah, les lieux malfamés de port réal! Et de nuit en plus! Sans doute l'endroit que Wellhem tolérait le moins parmi tout ceux existant dans ce royaume. Enfin, ça restait tout de même le plus sûr pour récupérer quelques matériaux fort utiles. Le brun s'était rendu à Culpucier dans le but de refaire ses emplettes. Récemment, l'un de ses derniers patients avaient passé ses nerfs sur l'attelle crânienne qui prônait sur un de ses bureaux. Heureusement que le bougre n'a pas compris de quoi il s'agissait. Sa scie n'était plus en excellent état non plus. Et comme ces instruments coûtaient chers et que monsieur était radin, il recherchait toujours la qualité au plus bas prix. C'est ainsi qu'a un croisement, dans l'une des rues de la petite bourgade, il faillit percuter quelqu'un. Wellhem s'était figé net en portant sa lanterne à hauteur de visage:

    - Oh, excusez moi! Je ne m'attendais pas à croiser quelqu'un à une heure aussi tardive.

    22
    Lundi 18 Décembre 2017 à 20:38

    (On vient de commencer une matinée dans tout le reste de la ville... Ça ne pourrait pas plutôt être une heure aussi matinale ?)

    23
    Lundi 18 Décembre 2017 à 20:40

    (Ca peut parfaitement être tard dans la nuit comme très tôt dans la matinée, ça ne m'ennuie pas tant que les lieux restent assez "désert" ^^)

    24
    Lundi 18 Décembre 2017 à 20:51

    (Très bien, dans ce cas...)

    La femme (car s'en était une) recula d'un pas et prit un air hautain.

    - Vous pourriez faire attention ! J'avais ouïe dire que ce quartier était des plus déplorable, mais les culs-terreux pourraient au moins faire semblant de respecter leurs supérieurs.

    Elle avait la peau brune, beaucoup plus que le commun des habitants de Westeros, et une longue cascade de cheveux couleur bronze. En effet, les vêtement qu'elle portait -une robe simple mais de coupe délicate et en tissus de soie- montrait une certaine importance de rang social.

    Deux autres personnes sortirent de la rue adjacente pour la rejoindre.

    - Prenez garde madame. Ces rues fourmillent de coupes-jarrets.

    L'homme qui avait parlé était assez grand, aux épaules large et portant une épée au fourreau. Il ne paraissait pas rassuré : lorsqu'il ne jetait pas des regards soucieux autour de lui, il lorgnait Wellham d'un air méfiant. Le second homme, de plus faible carrure, avait au contraire l'air très à son aise. Même un peu trop, pour un bourgois qui se baladait dans le quartier le plus risqué de Port-Réal. Risqué surtout pour les bourses pleine d'ailleurs.

    25
    Lundi 18 Décembre 2017 à 21:04

    Si Wellham n'en avait pas déjà croisé bon nombre, il se serait déjà offusqué du comportement de ces -visiblement- riches pompeux ingrats et irrespectueux.

    - Navré madame, je n'imaginais pas croiser l'ombre d'un chat à pareille heure. A dire vrai, je revient de chez un patient, mentit-il en tapotant sa sacoche. Je pensais retourner au port mais je me suis un peu perdu... auriez vous l'amabilité de m'indiquer une route à suivre? Ajoutait-il dans un sourire de façade.

    Bien entendu, il prévoyait d'avance la réaction de la dame. C'est pourquoi il fit table rase:

    - Mes seigneurs, vous avez bien de la chance de côtoyer pareille soleil. Je me lasse tellement de mon petit coin de terre. Enfin... si je peux aider quelques pauvres ères. Je suppose que je dormirais mieux le soir.

    Le brun fit mine de s'intéresser au plus grand, visiblement impressionné par l'arme qu'il détenait:

    - J'espère que vous n'en aurez pas l'utilité ici.

    Culpucier dégageait toujours cette infâme odeur qui le poussait à se couvrir le visage. Afin de ne pas avoir l'air d'insulter la dame il se retint de porter sa main ganté à son visage pour ce pincer le nez.

    26
    Lundi 18 Décembre 2017 à 21:18

    La femme regarda Wellham avec un étonnement peu masqué.

    - Ça ! Si je m'attendais à croiser un si beau parleur dans un quartier aussi lamentable ! Prenez donc exemple Ser Gylle !

    - Madame... nous avions décidés d'être discrets...

    - Ne vous faites donc pas plus bête que vous ne l'êtes. Un simple coup d’œil sur vos épaules de taureau et votre air de bœuf égaré suffirait à vous reconnaître si l'on s'intéressait à vous. Votre nom, pronocé ou non, ne changera rien.

    Puis, se tournant vers le médecin (royalement ignoré pendant leur bref échange), elle déclara :

    - Les armes ne sont qu'une précaution, nous ne comptons pas nous en servir. Nous aussi cherchons la sortie de ces morbides ruelles, mais nous ne sommes pas perdus. Suivez donc la ruelles dans notre dos puis tournez à la première à droite, vous devriez retrouver une rue plus fréquentable.

    27
    Lundi 18 Décembre 2017 à 21:38

    Wellham avait vu juste, la dame aimait les compliments. S'il n'avait pas craint de la contrarier son sourire se serait élargit. Naturellement, sa curiosité reprenait le dessus. Il fit mine de réfléchir un instant:

    - Ser Gylle? Tient, quelle surprise. Je me demande ce que pareille icône fait ici.

    Le médecin se courba légèrement:

    - Oh, je vous remercie de votre précieuse aide, ma dame. Néanmoins, je ne cherche pas une rue plus fréquentable, je cherche à quitter ce bourbier.

    Au même instant un bruit sourd parvint à ses oreilles. Wellham eut un doute, mais il ne se préoccupait pas sincèrement du boucan que pouvait produire quelques ivrognes sortis d'une auberge. Il se contenta de froncer les sourcils, exaspéré.

     

    28
    Lundi 18 Décembre 2017 à 22:14

    Tandis que le dénommé Ser Gylle tournait la tête vers la source du bruit sans pouvoir distinguer quoi que ce soit dans la semi-obscurité, le second homme, qui n'avait pas ouvert la bouche jusqu'ici, répondit au médecin :

    - Le meilleur moyen de quitter ce "bourbier" est de commencer par trouver une rue plus fréquentable. N'abusez pas de notre patience.

    - Et vous, ne soyez donc pas si blessant, le coupa la femme. Pour un coupe-jarret, ce brave homme est bien civilisé. Et plus aimable que vous qui plus est. 

    Avec une moue vexé, l'homme retourna dans son mutisme. Cependant, le regard en coin qu'il décrocha à Wellham était tout sauf affable. 

    29
    Lundi 18 Décembre 2017 à 22:35

    Quelque peu surprit que la jeune femme prenne sa défense, Wellham vit son sourire s'élargir grandement. Il soutint le regard du frêle guerrier avant de reporter son attention sur l'inconnue:

    - Oh, je ne suis qu'un humble médecin, ma dame. Vous m'honorez par votre présence. Je suis navré de vous faire perdre ainsi votre temps. En compensation, laissez moi vous apporter mon aide? Sans doute cherchiez vous aussi un lieux en particulier?

    Le brun n'était pas charitable. Cependant, il n'est pas stupide. Dans un monde tel que celui ci il vaut mieux savoir se faire des allier, surtout quand ceux-ci sont aussi facilement manipulables.

    - Je vous accompagnerais si besoin est, il s'entend, ajoutait-il aussitôt.

    Un nouveau bruit, plus audible que le précédent, raisonna dans la longue rue. Cette fois, Wellham se dit qu'il valait mieux ne pas faire de vieux os dans les parages. Tout en gardant son sang froid il déclara à voix basse:

    - Je connais un lieu dans lequel vous pourriez vous arrêter, en attendant que le soleil rejoigne le haut ciel. Enfin, je ne voudrais pas vous importuner...

    30
    Mardi 19 Décembre 2017 à 17:44

    (Désolé, j'avais répondu, mais... Quand ton ordinateur plante alors qu'il ne te reste qu'un mot à écrire, c'est toujours rageant. Alors ce sera plus bref.)

    Les trois nobles échangèrent un regard entendu. Finalement, la femme se tourna vers Wellham et répondit d'un ton rapide mais non dénué de sympathie :

    - C'est une offre louable, et je vous en remercie, mais nous ne sommes pas perdus. Nous savons où aller. Nous allons aller par ici, et vous continuer votre route là-bas, et... ravie de vous avoir rencontré.

    Sur cette dernière phrase, il était difficile de savoir si c'était elle ou le médecin qu'elle cherchait le plus à convaincre.

    31
    Mardi 19 Décembre 2017 à 18:04

    (Je connais ça. Enfin, pour des petits textes je ne m'en fais plus. En revanche arrivé à plus de 3500 mots, ça commence légèrement à être rageant. :')

     

    Bien que sincèrement curieux de connaître les intentions et buts de ces inconnus, Wellham se retint d'insister. Il les salua promptement, précisant que s'ils en avaient besoin un jour, ils pourraient le retrouver à Port Réal aisément, puisque son nom n'est pas inconnu. Le brun les quitta ensuite finalement, suivant donc les indications donnés par ces nobles gens.

     

    (Si l'envie t'en prend on peut ellipser et reprendre ailleurs? une nouvelle rencontre hasardeuse si ça te botte, dans un endroit original? j'ai quelques idées.)

    32
    Mardi 19 Décembre 2017 à 20:26

    La femme à la peau sombre attendit que Wellham les ait dépassé et ait disparu au coin de la rue pour faire signe aux autres d'avancer.

    -N'empêche, marmonna Gylle, j'avais bien dis qu'on aurait pas dû passer par ici...

    Tout trois s'éloignèrent en direction de la colline de Raehnys...

     

    (Si tu as des idées, c'est parfait ! Où voudrais-tu continuer ?)

    33
    Mardi 19 Décembre 2017 à 20:51

    (Je te proposes de poursuivre chez Jayne? Wellham pourrait avoir été demandé dans le but de voir deux patients, Jayne craignant que ce ne soit une épidémie. Bien sûr ce ne serait pas le cas. Là, Wellham recroiserait la dame -a toi de voir pour la raison de son passage dans un tel endroit- et on pourrait s'amuser un peu en créant quelques petites scènes amusantes/loufoques?)

    34
    Mardi 19 Décembre 2017 à 20:56

    (Hum... J'aime bien l'idée de chez Jayne... Dommage que mon prince soit alité pour blessures grave, je l'aurais bien ajouté à ton programme, mais ça ne sera pas possible. Quand à ma dame... Pas évident de trouver une raison de la faire aller là-bas... Quoique... Si, ça y est, j'ai ! Très bien, je te laisse commencer.)

    35
    Mardi 19 Décembre 2017 à 20:58

    (C'est vrai que ça peut être un autre personnage, hein. x) a toi de voir. Je lance ça, en tout cas!)

    36
    Mercredi 22 Août à 14:46

    (je pourrais avoir la maison de Tristan ici s'il te plait ?Il est temps que je reprenne ce cher personnage )

      • Mercredi 22 Août à 18:22

        (Il habite à Culpucier ? Pas de problème !)

    37
    Mercredi 22 Août à 18:51

    (ouais, pas terrible comme bled à ce que j'ai compris ^^ Mais au moins il est tranquille)

      • Mercredi 22 Août à 19:00

        (J'ai fais sa maison si veux donner plus de précisions...)

    38
    Mercredi 22 Août à 19:06

    (je suis en train d'écrire ^^ Merci ! )

    39
    Dimanche 16 Septembre à 20:26

    Tristan marchais à grand pas dans la ruelle sordide. Il n'avais aucune envie de traîner dans le coin, à une heure aussi tardive. Les pauvres qu'il croisait le regardaient d'un air avide et scrutateur, qui ne lui plaisait guerre. A chaque avantages ces inconvénients songea t-il en dégageant de son passage un jeune galapiat costaud qui lui barrais le passage. C'était la nouvelle mode des voleurs : ils prenaient leur gars les costaud, et les envoyais en plein milieux de rue avec un air menacent. Les passants prenaient peur et donnaient leur argent. Ça main était ferme et c'est avec rudesse qu'il repoussa le galapiat.

    -" Ne joue pas avec moi à ce jeu là petit. Et un conseil : si je vois un seul des tiens près de ma maison, je leur casse le nez. " La plus part des hommes à Cupucier connaissait Tristan, sa maison d'allure antipathique et inhabitable . Rapidement le jeune bâtard avais sût prouver qu'il étais quelqu'un qui n'aimais pas qu'on l'approche de trop près. Et pour le moment, il n'avais pas eut trop d’ennuis. La gamin ce décala sans mot dire, et Tristan  continua sa route jusqu'à chez lui

    40
    Lundi 1er Octobre à 18:58

    La charrette roulais à un bon train, mais quand on dut s'enfoncer dans Culpucier, le charretier blêmit, et l’apothicaire ce fit de nouveau soupçonneux. Tristan eut le plus grand mal à les calmer, en maudissant son trop grand cœur. Amener deux parfait inconnus chez lui en plein jour n'était certainement pas de ses habitudes. Ils arrivèrent à la maison.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :