• Freïles

    (jouée par Fidaè)

    Prénom : Freïles. Bon, ce n’est pas grand chose mais son prénom est souvent déformé avec le temps et la rapidité de la langue. Au début, on peut faire attention de bien prononcer le « e », puis le « i » et enfin le « lès » mais souvent, son nom se transforme phonétiquement et le « i » et le « l » se rejoignent pour former un sorte de « Freilles » Elle ne s’en offusque plus vraiment. D’apparence.

     

    Nom *1: //

     

    Surnom*2  : //

     

    Age : 25 ans

     

    Sexe : féminin

     

    Apparence physique :

     

    Freïles (on peut l’écrire Freiles, qui fait un mixte entre le phonétique courant et l’écriture) est une jeune femme plutôt grande, fine et élancée. Son visage est petit est enfantin avec sa large bouche, illuminant son sourire, et ses yeux bien ouverts laissant voir sans se voiler ses pupilles d’un brun foncé (sans grande particularité). Ses sourcils sont fins et secs, la rendant expressive.

     

    Quant à ses cheveux, ils sont d’un blond terne et foncé. Leur épaisseur rebelle donne l’impression de dreads et ne sont pas des plus faciles à ordonner bien qu’ils offrent une large possibilité de coiffure pour jeune et adultes voulant s’amuser avec.

     

    Somme toute, Freïles respire le charme de la personne enthousiaste, frivole et aventurière.

     

     

     

     

    Caractère :

     

    Essayons de confondre le négatif au positif, afin de mitiger un maximum les impression :

     

    Son pire trait de caractère est sans nul doute son côté fêtarde, joueuse et tricheuse (mais attention, tout en restant dans les règles de l’art). Elle aime les soirées aux jeux de cartes et aux défis lancés. Qu’elle perde ou gagne, elle est toujours bonne joueuse et se plie à ses défis sans rechigner. Qu’ils soient puérils, dangereux, ou autre. « Pourquoi jouer si on se défile après ». Elle tient un certain honneur qu’elle ne souhaite pas bafouiller, dans les tavernes etc. Elle aime rire et faire rire alors se donner en spectacle et jouer d’elle n’est pas un problème, du moment que c’est spontané. C’est une comique. Vous vous rappelez de son visage angélique et ses sourcils fins et expressifs ? Ce n’est donc pas une surprise si je vous dis qu’elle est une adepte des jeux d’acteurs et des tours de passe passe. Elle pourrait rentrer, parfois, dans la catégorie des escrocs.

     

    Voyons ce problème (fêtarde) d’un aspect plus positif : cela la rend chaleureuse et bavarde. Elle n’est pas spécialement détestée et les anticonformistes l’identifierons très rapidement comme telle avec son arrogance (au service de son observation elle-même dépendante de son intelligence), de sa franchise, et de son côté artiste. Nous pouvons à nouveau rebondir là-dessus et en déduire qu’elle est indépendante du monde qui l’entour. Elle se lie très peu, tenant à sa liberté. Ce qui la rend désintéressée et volage. Sa fidélité avec les hommes est déplorable. Ce qu’elle aime c’est séduire et jouer, pas garder et aimer.

     

    Energique et habile, que pouvait-elle donc faire de ses mains si ce n’est en profiter ? Cette habilité va tout de même être utilisée à bon escient dans son métier. Elle lui permit même d’y rentrer sans trop de difficulté. On pourrait même pousser le bouchon un peu plus loin en disant qu’elle est méticuleuse malgré son côté fortement désordonnée (en apparence voyons ! « c’est un bordel organisé » vous connaissez non ?)

     

    Mais pas que, il en est surtout de son intelligence surprenante. Cela se voit dans son regard pétillant et croquant la vie à pleine dent. Elle est briante et surprenante. Cette impression est renforcé par son côté énigmatique. Freïles aime poser ses énigmes, ses sous-entendu et laisser planer le doute partout. Ah, on va pas se mentir, c’est ce qui la rend intéressante ! (et hop, comment faire passer le négatif du côté positif).

     

    Pour finir, je reviens sur son côté actrice en vous annonçant qu’elle sait garder plusieurs visages pour les différentes occasions ou personnes. En tout exemple, elle n’est pas la même personne au travail (sévère et perfectionniste) qu’en soirée (frivole et leste). Normal allez-vous me dire. Hé bien oui, mais ces visages totalement différents la font jouer sur plusieurs scène et la rend un peu « caméléon ». C’est mieux pour remplir ses défis. Mais de ce fait, on ne sait jamais si c’est du lard ou du cochon.

     

    Avec tout cela, il ne faut pas oublier que c’est quelqu’un de réaliste. Point.

     

     

     

    Profession : Elle est membre de la guilde des Alchimistes.

     

    Histoire (et famille si il y a) :

     

    Franchement, là dessus, il n’y a rien de très intéressant. Elle est issue d’une famille plutôt pauvre. Sa mère était couturière et son père... Un homme du coin. Freïles ne l’a jamais mal prit. A quoi bon après tout ? Elle est née ainsi et préfère s’en venter « qui sait, ma mère était peut-être une catin à mi-temps et mon père est en réalité un noble honorable. » Est-il vraiment honorable de courir aux bordels ? Ce à quoi elle répondra par un haussement d’épaule « si ce n’est pas ces endroits qui s’en mettent plein les poches, c’est la servante qui aurait prit. Où se trouve donc la différence ? En soit ? Hé bien, je ne serais pas née. »

     

    Passons.

     

    Elle n’a jamais vécu d’évènement traumatisants. Ou alors pas pour elle, la désintéressée de la rue. Et c’est parfois à croire qu’elle n’a pas une grande considération d’elle même. Ce a quoi je ne saurais vous répondre.

     

    Tout au long de son enfance, elle a apprit à coudre, à voler (bah quoi ? Dans les ruelles, un fruit par ci, par là ne fais pas de mal) etc.

     

    A l’âge de 18ans, sa mère est morte de maladie en plein hiver, laissant seule Freïles dans leur petite maison.

     

    Toute petite déjà, la jeune fille était attirée par le feu et s’est passionnée pour les flammes destructrices de dragons ou alors le surprenant feu grégeois. Le feu du dragon étant pour le moment inaccessible, elle s’est rabattue sans rechigner sur le feu grégeois. A l’âge de la majorité, elle se fit acceptée par la guilde et se réjouis de pouvoir atteindre la connaissance de la fabrication de ce feu si destructeur et, deux ans plus tard, pouvoir le fabriquer accompagnée et deux ans plus tard encore, de pouvoir le faire seule. Son côté habile et méticuleuse l’a très vite fait appréciée par ses collègues, qui s’étonnent toujours de sa substance ayant toujours la couleur et l’alchimie parfaite.

     

    La voilà à présent. Elle espère toujours, un jour, pouvoir étudier les caractéristiques du feu du Dragon. Qui le rend si destructeur. Qu’est ce que la flamme a en plus des autres pour détruire une pierre ? Ou est-ce simplement car le dragon le crache en continue et avec la force du souffle ?

     

     

     

    Soit nous n’avons qu’une vie et il est alors interdit de la gâcher, soit nous avons plusieurs chances et tu as le devoir d'en profiter, surtout si c’est la première. C’est quitte ou double, et en même temps, ça revient au même.

     


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :