• Swen Bolton

    (personnage de Fidaè)

    Prénom : Swen

    Nom *1: Bolton

    Surnom*2  : L'œil rouge

    Age : 26 ans

    Sexe : femme

    Apparence physique :

    Swen est une femme haute en assurance. Elle est charismatique, sa tête est haute levée. Ses cheveux, raids et fins, sont bruns foncés avec bien des mèches grises. Non, pour faire simple, elle a les cheveux bruns et gris. Sa peau est blanche, pâle, sans trop d'éclat mais elle en fait un certain charme. Ses yeux sont en amande, comme les yeux des belles femmes de la cour mais elle, elle n'en est pas une. Oh que non. C'est une combattante. Enfin, elle se tatoue régulièrement deux traits rouges sur le front et du menton aux lèvres. Ainsi qu'une cicatrice  sur la joue et un tatouage sur la pommette droite. Elle est fine, voir maigre mais n'en souffre pas. Ses joues en sont un peu creusé mais sans tomber dans l'anorexie. Enfin, ses yeux d'un bruns sombres témoigne d'une dureté d'esprit sans faille. D'un manque de sentiment visible envers qui que ce soit. Enfin, de ce regard, nous ne discutons pas avec elle, nous ne discutons pas ses ordres et craignons ses pensées.  

     

    Caractère : Dure, sans faille, tenace, sanguinaire, intelligente, elle est une ennemie redoutable. Quand bien même elle perd, ne pensez pas gagner car du moment qu'elle est vivante, elle ne lâche rien. Même s'il faut faire tuer sa famille. Elle n'est suspicieuse en rien et les religieux ne doivent surtout pas croiser son chemin au risque d'être dépecé sur place. C'est une personne active du matin au soir qui ne supporte pas rester enfermé. Enfaite, c'est parce qu'elle est claustrophobe. Oui, c'est sont problème qu'elle vit très mal en disant être sa faiblesse. Et la faiblesse, elle a horreur de ça. Elle ne veut pas en entendre parler non plus. N'essayez en aucun cas de la persuader par les sentiments. Elle n'en a pas et réfute ceux qui essaieraient de se faire écouter. Amour, compassions, amitié, famille, peur, enfin tout, elle a prit soin de les faire disparaitre dès son plus jeune âge et est donc passée maitre en la matière de cacher ses moindres pensées. Se cachant continuellement derrière une barrière de ronce infranchissable.

    Je ne vois pas vraiment quoi dire de plus, si ce n'est qu'elle est rigide et strict envers elle-même. Qu'elle ne s'accorde aucun dérapement et aucun plaisir. Elle dit ne pas le mériter. Elle n'est jamais contente de ce qui l'entour et veut toujours au grand toujours plus. Ambitieuse, énormément, elle vit pour un seul but : le Thrones de fer. C'est bien le plus grand projet qu'elle a trouvé à consacré. Elle ne peut pas vivre sans but au risque de se sentir vide, de tomber en dépression ou autre.

    Parlons de sa claustrophobie, qui occupe une bonne partie de sa vie, car elle s'est laissée piéger par cette phobie très jeune et, par manque de savoir, est complètement tombée dedans et a suivit le chemin propre vers la peur intense qui est aujourd'hui un grand calvaire, dites irréversible pour elle. Peut-être qu'avec un mestre et bien des séances de relaxations, elle arriverait à s'en débarrasser mais la voyez-vous vraiment se plaindre ? (C'est justement quelque chose de positif chez elle, elle ne se plain pas, peu importe le problème. Elle ne s'apitoie donc jamais sur son sort ou ceux des autres. Enfin, reprenons). Face à la terreur, certaines personnes fuient, d'autres attaque. C'est sans surprise que je vais vous dire qu'elle devient hautement agressive. Lorsqu'elle se retrouve dans un lieu fermé, elle va commencer à se mettre en hyperventilation. Suffoquant, elle va avoir cette impression d'étouffement qui va l'obliger à respirer plus rapidement. A chercher l'air "pur" du dehors au meilleur des cas. Si cela ne vient pas, le fait que son sang ait trop d'oxygène, il va se mettre à accélérer également, le cœur va devoir suivre le mouvement. Le sang circule donc trop rapidement, engendrant la tension des muscles et l'hypertension des nerfs. C'est la panique totale. Suite à ça, son cerveau ne va plus répondre, il se coupe (comme tout cerveau en peur) et elle va halluciner. Les murs vont comme l'écraser, renforçant cette impression de compression de la cage Thoracique. C'est horrible à vivre autant pour elle que pour son entourage. Et vous comprenez que sa chambre à continuellement les fenêtres ouverte, qu'il fasse froid où chaud. Qui plus est qu'elle vit au nord, à Fort-terreur. Mais s'est une habitude, et des peaux de bêtes sur le lit.

     Elle est mystérieuse et attirante mais en même temps, on la craint au point de vouloir se tenir au plus loin d'elle.

     

    Profession : Aînée de la famille Bolton. Mais elle en a maintenant assez de ne pas avoir la place de seigneur de Fort-terreur. Qu'elle compte prendre très rapidement en se débarrassant de ses parents. Et quand elle aura la place de Fort-terreur, elle n'aura toujours pas assez. Vous comprenez. Elle a se besoin continuel de se sentir puissante pour essayer d'oublier sa phobie. 

     

    Histoire (et famille si il y a) :

    Toute petite, son père lui apprit à dépecer l'être humain vivant. A huit ans, elle dépeça le sien entier toute seule. La fierté était immense. En parallèle, son père prit soin de lui retirer tout sentiment en battant sa mère devant elle, sous interdiction de verser une larme et détourner le regard au risque de se prendre un coup également. A 10 ans, elle tua une portée de louveteaux et à 11 ans elle ordonna l'exécution d'un nouveau né d'une petite famille de paysans. Son père ne cessait de la féliciter. Revenons a ses quatre ans :

    Enfant inobéissante, elle se releva un soir et écouta une conversation de son oncle et son père.

    - Apprends lui à se battre, elle deviendra la fille la plus redoutable de tout Westros.

    - Elle est trop jeune. L'éducation que tu veux lui donner la rendra folle, Répliqua l'oncle, et plus tard, ça se retournera contre toi, contre nous tous.

    - Elle est intelligente. Elle saura se servir de tous ce que je vais lui offrir pour porter notre famille loin.

    - Qu'en sais-tu ? Elle courira à notre perte si tu la retire de son intelligence en la traumatisant.

    - Tais-toi ! Son père bondit de sa chaise et envoya un couteau se planter dans une poutre en bois

    - Je ferais ce que je veux de ma fille ! JE veux qu'elle devienne imbattable et qu'elle porte notre famille loin et haut.

    Son oncle réfléchi, c'était de toute évidence le plus sage des deux.

    - Je vois. Je vais lui enseigner tout le savoir de la guerre. L'emmènerait dans les différentes régions pour tout apprendre. Mais en contre parti, je ne veux pas que tu la frappes et que tu cesses de battre ta femme devant elle. Mais je veux surtout avoir le droit de lui donner également une éducation.

    Son père parut réfléchir avant d'annoncer :

    - Je veux lui retirer les sentiments. Alors je ne cesserais mon éducation. Mais si tu veux lui donner le tien aussi, fait donc mais si tu as le malheur que je ne vois une seule faiblesse, je te fais exécuter.

    La discussion prit fin là-dessus et c'est ainsi que l'oncle se chargea de lui apprendre l'art du combat. A ses 12 ans, il partit avec elle comme promis parcourir le monde, pour l'enrichir dans tout. Quelques fois, il essayait de lui redonner goût à ce qui l'entour mais Swen ne voyait que l'obscure de ce qui lui montrait et souriait. Comme si ça lu apportait plus de plaisir que regarder un papillon voler. Elle en riait et s'amusait de ça, au point que l'oncle, Anch, se fit à l'idée qu'elle avait au final peut-être toujours été comme ça. Que si elle aurait été sensible, une part d'elle aurait ressurgit après tant d'années à ses côtés. Il l'emmena également à Port-Réal mais n'y resta pas bien longtemps. Là bas, les nordiens ne sont pas toujours les mieux vu, au vu de leur aspect "ours" d'hiver. Bourrus et blanchâtres. Et Swen se fit trop vite remarquée de part sa différence aux autres filles de la cour. Morbides et sanguinaire, elle voulait tuer le chiot d'une jeune et autres sottises. Pendant ce temps de ville, Swen commença à avoir des peurs de l'enfermement. Elle se sentait continuellement oppressée et le monde ne savait que réprimander. Le froid lui manqua vite et les grandes plaines aussi. Elle pleura, et son oncle paniqua.

    - Non ! Non Swen ! Je te l'interdit ! tu n'as pas peur, tu n'es pas triste, tu n'as aucune envie. Tu es morte, d'accord ? Les morts ne connaissent rien de tout ça. Dis, veux-tu être morte ?

    - Oui, oncle Anch, je veux être morte pour être plus forte.

    - C'est ça ! c'est bien, sèche tes larmes. Elles ne servent à rien.

    Mais cet oncle ci était bien trop doux, bien trop compréhensif. Il n'arrivait pas à lui enseigner ce que son père voulait.

    Enfin, ils descendirent encore jusqu'à Dorne où on lui enseigna le combat dansé. Elle adora et voulu son arme. La lance empoisonnée était parfaite. Puis ils remontèrent en bateau.

    Hum… Il leur arriva cependant quelques mésaventures qui expliquerait l'apparition de sa claustrophobie. A Port-Réal, elle s'enfuit du donjon pour aller voir. Or, la nuit était son moment préféré ce qui faillit lui couter la vie. 15 ans. 15 ans elle se fit violer au fond d'une ruelle. Heureusement, son oncle, soucieux et la sachant fugueuse l'avait suivit de loin, perdu, et les cri le ramenèrent à elle.

    Les cours de combats qu'elle avait étaient les moins tendre possible.

    Enfin, elle rentra à la maison mais son oncle, trop soucieux, la regarda rentrer seule et s'en alla. Elle avait pleurée, une fois, et le risque qu'elle le répète, ou que cela se voit était trop grand. Il avait préféré ne pas rentrer.

    De nouveau chez elle, tout était devenu froid. Il n'y avait plus rien, seul le froid glacial entre eux tous. Mais ça ne lui fit rien. Elle s'endurcit un peu plus à en devenir sadique.

     Maintenant, à l'heure où j'écris, Swen à bien grandie. Elle continua dans sa lancée mais l'âge lui fit prendre une certaine sagesse. Elle se forma ses opinions, ses envies ou autres. Ses parents sont toujours en vie, mais à l'heure où vous lirez cette fiche, ils ne le seront sans doute plus. Tout ce que je viens de vous raconter n'est que pipo, effacé aux yeux de la jeune femme. perdu, oublié. Car c'est maintenant que sa vie commence vraiment. C'est maintenant qu'elle met à exécution ses plans. Sa volonté de fer, son ambition et son assurance vous fera perdre les fils de l'histoire.

     

    Image(s) (facultatif) :

    "L'erreur vous sera fatale." "L'histoire ne fait que commencer"


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :